AccueilPrésidentielle 2022

Présidentielle 2022 : d'Éric Zemmour à Yannick Jadot, les réactions à la victoire d'Emmanuel Macron

Publié le

par Pauline Ferrari

Les différentes forces politiques en place se sont exprimées après la victoire du président sortant.

Présidentielle 2022 : d'Éric Zemmour à Yannick Jadot, les réactions à la victoire d'Emmanuel Macron

© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Après une victoire claire d'Emmanuel Macron à cette élection présidentielle de 2022, et à quelques semaines des élections législatives, les autres partis politiques se sont exprimés sur l'avenir. 

Les Résultats de la Présidentielle 2022 proposés par Le Monde

 

"Le pire est évité", selon Yannick Jadot

L'ex-candidat EELV à la présidentielle Yannick Jadot a estimé dimanche sur Twitter que "le pire est évité mais le pays est plus divisé que jamais", a réagi l'écologiste dans un tweet, à l'annonce des premières estimations donnant vainqueur au deuxième tour le président-candidat Emmanuel Macron (LREM) avec près de 58% des suffrages contre Marine Le Pen (RN, environ 42%).

Yannick Jadot, qui avait obtenu 4,6% des voix au premier tour de l'élection, a également remercié "toutes celles et ceux qui ont fait barrage à l'extrême droite", représentée par la cheffe de file du Rassemblement National Marine Le Pen.

Pour lui, le combat n'est pour autant pas terminé: "Aux législatives, construisons le meilleur: l'alternative pour le climat, la justice sociale et la démocratie. Tout reste à faire", a-t-il enfin écrit, souhaitant désormais se concentrer sur l'entrée en juin prochain de députés écologistes à l'Assemblée nationale. 

Dans un communiqué de presse paru dans la foulée, le secrétaire national d'Europe Ecologie-Les Verts Julien Bayou, ainsi que les porte-paroles du parti Eva Sas et Alain Coulombel ont pour leur part appelé "toutes les forces de gauche et écologistes à se rassembler pour esquisser une majorité alternative" à ces élections législatives.

Chargement du twitt...

Concernant la victoire du président sortant "réélu par défaut", celui-ci "devra gouverner en changeant sa méthode brusque et jupitérienne" et "entendre le vote de colère (...) de celles et ceux qui sont broyé.es ou ignoré.es par la société", ont-ils assuré.

Fabien Roussel appelle à un "accord global" pour les législatives

Face à la réélection du président Emmanuel Macron, le candidat communiste Fabien Roussel a appelé dimanche soir à "un accord global" de la gauche pour les législatives afin d'"éviter toute division" et aller "ensemble à la conquête d'une majorité de députés".

"Le président sortant est réélu aujourd'hui uniquement à la faveur d'un rejet de la représentante de l’extrême droite", a estimé M. Roussel lors d'un discours depuis son QG, "mais la bataille n'est pas achevée".

Même si le résultat de l'élection présidentielle a permis d'"éviter le pire", "une lourde menace pèse sur notre démocratie", estime le candidat communiste. C'est pourquoi, "pour ces élections législatives, nous voulons tout faire pour être le plus unis possible autour d'un contrat de législature répondant aux aspirations des Français", a-t-il indiqué.

En "se rassemblant" avec La France insoumise, le Parti socialiste et Europe-Ecologie Les Verts, Fabien Roussel estime que la gauche pourrait retrouver les "11 millions d'électeurs" qui ont voté pour un de ses candidats lors du premier tour de la présidentielle et "remobiliser nombre d'abstentionnistes".

Pour cela, il appelle les autres forces de gauche à se fixer "ensemble l'objectif d'un accord global en évitant toute division dans des circonscriptions ayant déjà des députés de gauche et en allant ensemble à la conquête d'une majorité de députés partout ailleurs". "En nous décidant dès ce premier tour des élections législatives, nous pouvons battre à la fois le bloc raciste de l'extrême droite mais aussi le bloc libéral de la droite représenté par Macron".

Pécresse met en garde contre le "score inédit" du RN

Valérie Pécresse, la candidate LR à la présidentielle, a félicité dimanche le président Emmanuel Macron pour sa réélection, mais s'est inquiétée d'un "score inédit" du Rassemblement National et des "fractures" divisant la France.

"J'adresse mes félicitations républicaines à Emmanuel Macron", a déclaré dans un tweet la candidate LR, qui a récolté moins de 5% des votes lors du premier tour de l'élection, un plus bas historique pour la droite traditionnelle.

Cependant, "sa victoire ne doit pas masquer les fractures de notre pays conduisant Marine Le Pen à un score inédit", a-t-elle précisé, alors que la candidate du RN a récolté près de 42% des voix selon les dernières estimations.

Mme Pécresse a désormais appelé à se concentrer sur les élections législatives qui auront lieu le 12 et 19 juin, autour d'une "droite engagée pour défendre le projet de redressement dont la France a besoin".

Zemmour: "le bloc national doit s'unir" pour les législatives

Le candidat Reconquête à la présidentielle Eric Zemmour a appelé "le bloc national à s'unir et se rassembler" pour les législatives, et a fait part de sa "déception" après la réélection d'Emmanuel Macron.

"C'est la huitième fois que la défaite frappe le nom de Le Pen", avait-il auparavant attaqué, en référence aux cinq candidatures malheureuses de Jean-Marie Le Pen, et aux trois de sa fille Marine. Le responsable d'extrême droite a promis d'être avec son parti Reconquête "à la pointe du combat pour lutter pied à pied contre l'œuvre de déconstruction de la France menée par Emmanuel Macron".

Chargement du twitt...

"Deux grands blocs politiques se forment, l'un macroniste et l'autre islamo-gauchiste", a-t-il ajouté en référence aux soutiens du président de la République d'une part et à ceux de Jean-Luc Mélenchon d'autre part.

Face à eux, "le bloc national doit lui aussi s'unir et se rassembler. Notre responsabilité est immense, c'est pour cela que j'appelle à l'union nationale en vue des législatives". "Notre coalition n'est pas une option, elle est une nécessité, elle est un devoir", a-t-il conclu.

Konbini News avec AFP 

À voir aussi sur news :