Vidéo : "J’ai décidé, en janvier 2020, de mettre fin à mes jours"

"À un moment ou à un autre, il faut bien fixer une date, si on veut partir comme on veut partir."

En janvier 2020, Jacqueline Jencquel mourra. À 74 ans, cette maman de trois enfants, pour qui "la perte de l’autonomie, c’est la fin de la vie", est en pleine santé. Pourtant, elle a pris la décision d’avoir recours au suicide assisté en Suisse, une pratique illégale dans l’Hexagone.

"Me retrouver perfusée, ventilée, infantilisée […] et après qu’on me torche, que je ne sois pas capable de prendre mon bain toute seule ? No way, pas question", explique-t-elle, non sans une pointe d’humour : "Je n’ai pas envie de faire l’amour avec un mec qui a un bide énorme, qui a des seins plus gros que les miens, qui bande plus."

Et de poursuivre : "Je n’ai pas envie qu’on s’occupe de moi, je n’ai pas envie d’avoir des infirmières, je n’ai pas envie qu’on me mette dans un mouroir." Jacqueline milite pour que la législation française sur le sujet change et interpelle le président de la République : "Vous avez peur des lobbies pharmaceutiques ? Vous avez peur des lobbies des EHPAD qui sont cotés en Bourse ? Vous avez peur du Vatican ?"

Par Astrid Van Laer, publié le 27/08/2018