Convoi d’éléments Airbus © Steph32 via Wikipedia CC

featuredImage

Handicap : des militants bloquent un convoi Airbus pour protester contre la loi ELAN

Leur slogan ? "Humiliant, sidérant, discriminant, c’est la loi ELAN !"

Un convoi d’éléments Airbus © Steph32 via Wikipédia CC

Dans la nuit du mardi 21 au mercredi 22 août, pendant près de cinq heures, des militants de l’association de défense des droits des personnes handicapées, Handi-social, ont donné de la voix et de l’énergie pour protester contre le projet de loi ELAN.

Ces derniers ont bloqué l’acheminement de pièces d’avion A380, partant du port de Bordeaux à destination d’une usine de Toulouse, sur la nationale 224 à L’Isle-Jourdain, dans le Gers. L’opération a été un succès, puisqu’elle a contraint l’entreprise à reporter le convoi de 24 heures.

Le projet de loi ELAN (évolution du logement, de l’aménagement et du numérique), adopté en première lecture à l’Assemblée nationale le 12 juin, a fait grincer des dents de nombreuses associations défendant les droits de personnes handicapées. Le principal point de discorde se concentre sur l’article 18, qui ne contraint plus les constructeurs à rendre totalement accessibles les logements, que l’association Handi-social souhaite "dégager".

Prévu pour "simplifier l’acte de construire", cet article instaure le passage de l’obligation de construire 100 % de logements accessibles aux personnes handicapées à 10 % de logements accessibles et 90 % de logements dits "adaptables", c’est-à-dire pouvant être rendus accessibles après travaux.

"Révolte !"

La présidente de l’association, Odile Maurin, a documenté tout au long de la nuit l’opération sur les réseaux sociaux. On peut lire sur les panneaux des militants les messages suivants : "Loi ELAN, les EHPAD vont être contents" ou encore "Humiliant, sidérant, discriminant, c’est la loi ELAN !". On peut également l’entendre scander "Révolte !" et inviter à la mobilisation collective en déclarant : "On se bouge tous !"

Ce n’est pas la première fois que les membres d’Handi-social protestent par le biais d’une action coup de poing. Le 28 juillet, ces activistes avaient déjà organisé une opération "péage gratuit" près de Toulouse. Et ils ne semblent pas près de s’arrêter là puisqu’en l’absence de réponse à leur action, selon France 3 Régions, le blocus pourrait reprendre dès cette nuit. "C’est juste une question de volonté et de mental", déclarait hier soir Odile Maurin.

Il y a quelques semaines, Solenn, étudiante en région parisienne, avait témoigné pour Konbini News du problème que constitue l’accessibilité en France. "Dans ma rue, je peux rentrer dans une boutique sur dix", se désolait la jeune femme, avant d’expliquer son opposition à la loi ELAN.

Par Astrid Van Laer, publié le 22/08/2018