En Tanzanie, il faut désormais payer pour tenir un blog ou une chaîne YouTube

Blogueurs, youtubeurs et créateurs de podcasts devront désormais obtenir un permis et payer plus de 700 euros pour diffuser leur contenu.

© Unsplash

Non, ce n’est pas une blague. La Tanzanie vient d’adopter une nouvelle loi qui impose des règles strictes autour des réseaux sociaux et des blogs. Cette loi, nommée l’Electronic and Postal Communications, a été proposée l’année dernière mais vient tout juste d’entrer en vigueur malgré les contestations.

Les blogueurs, créateurs de podcasts et youtubeurs devront désormais obtenir un permis de diffuser délivré par l’autorité de régulation tanzanienne des communications. Mais ce n’est pas tout. En plus de payer des frais d’inscription, ils devront s’acquitter, chaque année, d’un droit de licence, au même titre que les radios et les télévisions qui diffusent leur contenu en ligne.

Plus de 700 euros à débourser pour créer son blog

Le formulaire de demande de permis de diffuser en Tanzanie.

Les fournisseurs de contenus en ligne (les blogueurs, les créateurs de podcasts ou encore les youtubeurs) devront débourser 100 000 shillings tanzaniens de frais, acheter une licence "initiale" à 1 000 000 shillings tanzaniens puis encore payer 1 000 000 shillings pour obtenir un permis de diffuser valable pendant un an.

Concrètement, pour créer et tenir un blog en Tanzanie, il faudra payer environ 730 euros. Quand on sait que le revenu mensuel brut par habitant en Tanzanie était d’environ 38 euros en 2012, cette loi va probablement dissuader de nombreux Tanzaniens de se lancer et restreindre, par la force des choses, la liberté d’expression.

D’ailleurs, cette législation donne également le droit au gouvernement d’exiger la suppression dans les 12 heures du contenu d’un média jugé "indécent, obscène, haineux, extrêmement violent", selon Africa News. Cette loi aurait pour ambition de mettre fin à la "décadence morale".

La liste des mesures restrictives ne s’arrête pas là. Tous les habitants de Tanzanie qui possèdent un téléphone devront impérativement le verrouiller avec un mot de passe. Les réfractaires s’exposent à une amende de plus de 1 600 euros ou à une peine de douze mois de prison.

Comme le rappelle Afrika Mag, le président de la Tanzanie John Magufuli est critiqué pour son emprise sur les médias. L’adoption de cette loi ravive les craintes.

Traduit de l’anglais

Par Olanrewaju Eweniyi, publié le 13/04/2018