AccueilPlanète

Variant du virus : il est "possible" qu'il circule en France, selon Olivier Véran

Publié le

par Astrid Van Laer

© Antoine Gyori/Corbis via Getty Images

Le ministre a toutefois précisé que, pour l'heure, il n'y avait "pas de preuves" que ce nouveau variant était plus contagieux.

Lundi, Olivier Véran a évoqué "un principe de précaution qui s’applique" au sujet de la suspension des déplacements avec le Royaume-Uni, après l’apparition d’une nouvelle variante du coronavirus.

"Il y a un principe de précaution qui s’applique" face à "l’identification d’un variant du virus", a commenté le ministre de la Santé sur Europe 1. "C’est le même virus mais dont le code génétique a été un peu chamboulé", "ce qui arrive assez fréquemment", a-t-il ajouté.

Cette "variation du virus a été identifiée dans une zone du territoire anglais où on assiste par ailleurs à un départ épidémique plus important", a-t-il rapporté, avant d’ajouter : "Les scientifiques anglais se demandent si ce nouveau variant pourrait être plus contagieux que les autres, ils n’en ont pas de preuve, mais vous comprenez qu’on prenne toutes les décisions nécessaires."

"On est dans un risque théorique, a martelé Olivier Véran. A priori, le [test] PCR reste tout aussi performant pour diagnostiquer ce variant du virus et les anticorps développés par les deux principaux vaccins qui arrivent ne ciblent pas cette zone mutée du virus. Donc, a priori, il n’y a pas de raison de penser que les vaccins seraient moins efficaces, ce sont quand même des bonnes nouvelles."

"Il est possible que [ce variant du virus] circule en France", admet toutefois le membre du gouvernement, rappelant qu'"il a été identifié une fois en Italie". "Nous le saurons, nous lançons des études génotypiques. Sur les derniers jours, 500 souches virales ont été analysées en génétique et ce variant n’a pas été retrouvé, ce qui ne veut pas dire qu’il ne circule pas."

Les Français qui vivent en Grande-Bretagne pourront-ils rentrer pour Noël ? "Ils le sauront en fin de journée [ce lundi] ou demain [mardi]", a assuré Olivier Véran.

"Les conditions qui leur permettraient de revenir en France d’ici 24-48 heures sont en cours de coordination avec nos partenaires européens", a-t-il développé, évoquant parmi les sujets de réflexion, "très probablement des tests PCR exigés avant de partir, la question de la septaine […] quand on arrive sur le territoire national".

Konbini news avec AFP

À voir aussi sur news :