© Kate Montana/iNaturalist Creative Commons

Une plage californienne recouverte de milliers de poissons pénis

"Il y en avait sur plus de 3 km."

Voir cette publication sur Instagram

SHOOK 😳 Thousands of these marine worms—called fat innkeeper worms, or “penis fish”—were found on Drake’s Beach last week! These phallic organisms are quite common along the West coast of North America, but they spend their whole lives in U-shaped burrows under the sand, so few beachgoers are aware of their existence. ⛈🌊 A recent storm in Northern California brought strong waves that washed away several feet of sand from the intertidal zone, leaving all these fat innkeeper worms exposed on the surface. 🏖 Next time you go to the beach, just think about the hundreds of 10-inch, pink sausages wiggling around just a few feet under the sand. 🙃 . . Get the full story in our new #AsktheNaturalist with @california_natural_history via link in bio! (📸: Beach photo courtesy David Ford; Worm photo by Kate Montana via iNaturalist)

Une publication partagée par Bay Nature Magazine (@baynaturemagazine) le

Le regard de David Ford - un Américain résidant dans le nord de la Californie - a d’abord été attiré par des centaines de mouettes qui semblaient se repaître d’un étonnant festin. Nous étions le 6 décembre dernier sur la plage de Drakes, au nord de San Fran­cisco.

Publicité

Ce n’est qu’en prêtant attention à ce que les oiseaux mangeaient qu’il s’est rendu compte que la plage était recouverte par un océan de pénis. Du moins, ça y ressemblait beaucoup.

"Je n’avais aucune idée de ce que ça pouvait être", a-t-il confié à Motherboard. Ces étranges créatures ont une apparence pour le moins suggestive. Roses, longue d’une quinzaine de centimètres, elles se terminent par une légère protubérance.

David Ford raconte en avoir aperçu des milliers, sur plus de 3 kilomètres.

Publicité

"Il y en avait éparpillé partout. Il y avait des mouettes sur tout le long de la plage, certaines en avaient tellement mangé qu’elles ne pouvaient plus tenir debout. Un quart d’entre eux semblaient encore vivants. Le reste était mort, ils avaient cette odeur d’animal marin mort", a-t-il précisé au site Internet américain.

Un met prisé en Asie

En raison de leur forme, on les surnomme des poissons pénis même si dans les faits, il s’agit plutôt de gros vers, ce qui est d’ailleurs leur deuxième surnom ("fat innkeeper worm"). On vous épargnera leur nom latin.

On les trouve justement sur la côte ouest des États-Unis où s’est déroulée la scène racontée par David Ford. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois qu’un tel événement se produit sur une plage américaine.

Publicité

Voir cette publication sur Instagram

The Korean name for this curious creature is gaebul, which translates as “dog dick.” Here in the States, it’s known as the fat innkeeper worm or the penis fish. Its scientific binomial is Urechis caupo, or “viper tail tradesman.” Whatever you call the animal, you can find them in abundance at Bodega Bay, where they build burrows in the tidal mud flats. On Saturday afternoon, our small, but enthusiastic clamming/crabbing crew thrust shovels and shoulder-deep arms into that mud in pursuit of Pacific gaper clams (Tresus nuttallii), but we also pulled up at least twenty of these red rockets. We returned them to their subterranean homes – excepting those that were snatched by eager herring gulls. I learned later that the gulls were the smarter hunters; fat innkeepers are edible, and are even considered a delicacy in Korea. Still, even though we missed out on a prime opportunity to dine on dog dick, we had a successful, fun outing, encountering a number of curious species, some of which now reside my belly. ⊙ What you’re looking at here: • Fat innkeeper worm (Urechis caupo) • A ring of prominent setae on the butt end of the fat innkeeper worm (Urechis caupo) • Bay ghost shrimp (Neotrypaea californiensis) • Lewis’s moon snail (Euspira lewisii) • Bucket filled w/ Pacific gaper clams or “horsenecks” (Tresus nuttallii), white macoma or “sand clams” (Macoma secta), and Lewis’s moon snails • Red rock crabs (Cancer productus) back in the kitchen, icing after boiling ๑ ๑ ๑ ๑ ๑ #BodegaBay #gaebul #FatInnkeeperWorm #UrechisCaupo #BayGhostShrimp #NeotrypaeaCaliforniensis #LewissMoonSnail #EuspiraLewisii #PacificGgaperClam #TresusNuttallii #RedRockCrab #CancerProductus #crabbing #clamming #huntergatherer #SonomaCounty #California #naturalhistory

Une publication partagée par Christopher Reiger (@christopherreiger) le

Comment ces poissons pénis se sont-ils échoués là ?

Justement, ils ne se sont a priori pas échoués. Les poissons pénis vivent enterrés dans le sable. Selon toute vraisemblance, ils ont donc été découverts par la tempête qui avait balayé la côte quelques heures plus tôt.

Publicité

Selon Motherboard, les autorités vont prochainement procéder au nettoyage de la plage qui a littéralement disparu sous l’afflux de poissons pénis.

À noter que dans certains pays d’Asie, la chair des poissons pénis est très prisée. On leur prête des vertus aphrodisiaques très certainement à cause de leur forme suggestive.

Par Clothilde Bru, publié le 13/12/2019