(c) Twitter, Sea Sheperd

Un supermarché met en vente du requin-renard... une espèce menacée

Et en plus il était en promo.

Douze euros cinquante pour un kilo de requin-renard. Une affaire, qui s’étalait en grosses lettres dans un supermarché d’Argelès-sur-Mer dans les Pyrénées-Orientales, juste à côté de la tête décapitée du squale.

Seul souci, il s’agit d’une espèce "menacée et protégée" d’après Sea Shepherd qui a épinglé l’Intermarché responsable sur Twitter.

Publicité

Publicité

Le tweet de la célèbre association de protection des océans a fait grand bruit, alors même que théoriquement l’enseigne n’a rien fait d’illégal. En effet, la vente du requin-renard est autorisée en cas de "pêche accidentelle" qui est responsable chaque année de la mort de milliers de dauphins, de tortues ou encore d’oiseaux marins.

"C’est le côté pervers de la loi de protection. On se retrouve avec des espèces menacées dans les poissonneries. Là, c’est Intermarché, mais c’est très commun en fait, ce n’est pas quelque chose d’exceptionnel. C’est un vrai problème pour les espèces menacées, elles n’ont pas de protection réelle", déplorait la présidente de Sea Shepherd Lamya Essemlali, interrogée par France Bleu.

Intermarché avait donc le droit de proposer ces tranches de requin-renard. Mais face au tollé généré par la publication de Sea Shepherd l’enseigne française de grande distribution a préféré le retirer de la vente et présenter ses excuses.

Publicité

Publicité

Quelques jours plus tard dans ce même Intermarché des Pyrénées-Orientales de l’espadon et du thon rouge avaient remplacé le requin-renard au rayon poissonnerie. Or d’après Sea Shepherd, c’est tout aussi problématique.

Intermarché a promis d’être vigilant.

Par Clothilde Bru, publié le 30/07/2019

Copié

Pour vous :