AccueilPlanète

Thea habite dans la ville la plus au nord du monde : "Environ 2 500 personnes y vivent ainsi que 3 000 ours polaires"

Publié le

par Julie Breon

Thea Selven vit à Longyearbyen, sur l’archipel du Svalbard, dans l’océan Arctique.

Thea habite dans la ville la plus au nord du monde : "Environ 2 500 personnes y vivent ainsi que 3 000 ours polaires"

"Ce que je préfère dans ma vie au Svalbard, c’est la nature et la vie sauvage. On a des rennes, des phoques, et on a le renard de l’école, Bjørn", nous a raconté Thea.

"Ce que je n’aime pas, c’est qu’il fait vraiment froid"

En hiver, la température moyenne est entre -10 et -25 °C. En été, elle est située entre 4 et 13 °C.

"La nuit polaire a lieu l’hiver et ça devient progressivement plus froid, la météo devient plus extrême. Donc ça peut être quelques mois difficiles. Le soleil se couche à l’horizon à la mi-novembre et laisse le pays dans le noir total pour les trois prochains mois."

Une ville isolée mais bien équipée

À Longyearbyen, il y a un centre commercial. Il abrite des restaurants, des pubs, un kiosque, un café, un fleuriste et même un spa. "On a une salle de sport, une piscine, deux écoles maternelles, une école primaire, un collège, un lycée", a précisé Thea. L’isolement a aussi des avantages. Le premier : l’essence est bien moins chère.

"On achète en gros, à des périodes et à des prix intéressants, ensuite on stocke dans des réservoirs à Longyearbyen. Et parce qu’on n’a pas de TVA, c’est bien moins cher."

Deuxième avantage : quand la pandémie a commencé, il n’y a eu aucun cas positif pendant un an. C’est quand la ville s’est de nouveau ouverte au tourisme que "ça a fait 'boum'". "Tout le monde a été infecté. Dans ma classe, on est environ vingt élèves. Parfois, on était seulement quatre", a affirmé Thea.