© visualspace / Getty Images

Seine-et-Marne : des chasseurs ont-ils été mobilisés pour faire respecter le confinement ?

Un arrêté préfectoral mentionnait "la réquisition de certains chasseurs" pour le premier week-end des vacances de Pâques.

Comme souvent sur Internet, tout est parti d’un tweet. Cette fois, sur le réseau social, on a pu lire que la préfecture de Seine-et-Marne avait fait appel à des chasseurs pour faire respecter les règles du confinement.

Publicité

Ce message du jeudi 9 avril s’accompagne même d’un lien renvoyant vers ledit arrêté publié le 3 avril dernier, qui titre en effet "Réquisition de certains chasseurs et gardes-chasses particuliers". Il y a même la liste des noms et prénoms des personnes que la présente habilite.

La préfecture de Seine-et-Marne aurait donc fait appel à des chasseurs pour suppléer les forces de l’ordre dans leur mission. L’arrêté s’appliquait pour le samedi 4 et dimanche 5 avril entre 10 heures et 17 heures C’était donc le premier week-end des vacances de Pâques pour la région Île-de-France. Malgré les mesures de confinement, les autorités craignaient du mouvement.

Toujours est-il qu’une telle mesure a de quoi surprendre, voire sérieusement inquiéter. Quand on lit l’intitulé de cet arrêté, on s’imagine tout de suite des chasseurs fusil sur l’épaule, en train de quadriller les rues. Que les étudiants aillent aux champs pour aider les agriculteurs, c’est formidable, mais que les chasseurs fassent du maintien de l’ordre est nettement moins réjouissant.

Publicité

Contacté par Konbini news, Thierry Coudert, préfet de Seine-et-Marne et donc signataire de cet arrêté, tient à rassurer ses administrés. "Nous n’aurions jamais dû écrire 'certains chasseurs', c’est une erreur", reconnaît-il. "En réalité, ce sont des techniciens assermentés de la Fédération départementale de la chasse", précise-t-il. Concrètement, qu’est-ce que ça signifie ?

"Certains peuvent être chasseurs dans leur vie privée"

Selon M. le préfet, ces hommes ont déjà pour mission de veiller sur les nombreuses forêts de Seine-et-Marne le reste de l’année. Il ne s’agit donc pas de chasseurs, même si "certains peuvent être chasseurs dans leur vie privée, je n’en sais rien", concède Thierry Couvert.

Honnêtement, lorsqu’on fait partie de ladite Fédération, aussi appelée Fédération des chasseurs, c’est souvent qu’on pratique ce sport. Toutefois, Thierry Coudert préfère rappeler que les chasseurs sont touchés comme tout le monde par les mesures de confinement.

Publicité

Toujours est-il que le week-end dernier, ces "techniciens assermentés de la Fédération départementale de la chasse" ainsi que des agents de l’Office national des forets (ONF) étaient mobilisés dans les bois pour dissuader les promeneurs qui auraient voulu profiter du beau temps. "Ces personnes n’avaient aucun pouvoir de verbalisation sur les pique-niqueurs ou les joggeurs", précise le préfet.

En effet, l’arrêté précisait à ce titre leurs compétences : "Prévenir et signaler aux représentants des forces de l’ordre toute infraction contrevenant aux dispositions de l’arrêté préfectoral." Leur présence dissuasive n’a conduit à aucune verbalisation, nous a fait savoir le service communication de la préfecture de Seine-et-Marne.

Et d’ajouter : "Leurs bases juridiques s’avérant néanmoins fragiles, ces arrêtés ont été retirés et le dispositif ne sera pas reconduit pour les prochains week-ends."

Publicité

Par Clothilde Bru, publié le 09/04/2020