Pour protéger le reblochon, des dizaines de bouquetins vont être abattus

Une mesure pour lutter contre la brucellose, une bactérie qui touche les ovins et les bovins en Haute-Savoie.

C’est une décision qui fait débat et qui semble désormais inéluctable. Dans le massif du Bargy (Haute-Savoie), vingt bouquetins vont être abattus, sur arrêté du préfet, dans le cadre de la lutte contre la brucellose, une bactérie très présente chez ces animaux et dont le risque de transmission pour les ovins et les bovins est très fréquent. L’arrêté prévoit également la capture de cinquante autres animaux qui, eux, ne seront abattus que si le test à la brucellose est positif, précise France Bleu.

Espèce animale typique et historique des Alpes du Nord, les bouquetins sont également une espèce protégée. Alors, du côté des associations de défense des animaux, la décision a du mal à passer. Ces derniers ont recensé 482 bouquetins abattus dans le massif depuis 2012. "On est d’accord sur les captures, concède à France Bleu le vice-président de France Nature Environnement Jean-Pierre Crouzat, mais pas sur l’abattage des animaux sains". Il ajoute que le taux d’infection ne dépassant pas les 20 % au cœur du massif, cela aurait pour conséquence d’abattre sans test quatre bouquetins qui seraient sains.

Publicité

La préfecture, elle, pointe un "risque important de reprise de la contagion et la transmission au reste de la faune sauvage et domestique". Il faut dire que la brucellose est perçue comme une petite malédiction dans la région. En 2012, la contamination d’un cheptel du Grand-Bornand avait entraîné "la destruction de toute sa production laitière" et "l’angoisse de toute la filière du reblochon au lait cru", poursuit France Bleu. Les animaux devraient être abattus d’ici fin juin. 

Par Robin Panfili, publié le 18/05/2020