HO / Acervo Instituto Bicho D’Agua / AFP

Une mystérieuse baleine à bosse retrouvée échouée au cœur de la forêt amazonienne

La présence du cétacé, mort depuis plusieurs jours, à cet endroit intrigue les biologistes.

HO / Acervo Instituto Bicho D’Agua / AFP

Vendredi 22 février, les habitants de l’île de Marajo, au Brésil, ont eu la surprise de découvrir une baleine à bosse de 8 mètres de long, échouée en pleine forêt amazonienne. Le cétacé a été retrouvé sur le dos, dans une mangrove.

Publicité

Selon le magazine GEO, les habitants ont été alertés par des vautours qui rôdaient autour de la bête. Les vidéos de la gigantesque carcasse, postées sur les réseaux sociaux, ont ensuite fait le tour du Brésil. Des images qui ont attiré l’attention de l’ONG Bicho D’água, dont les biologistes se sont rendus sur place pour tenter de résoudre le mystère.

Selon ces scientifiques, il ne s’agit pas d’une baleine adulte, mais d’un baleineau âgé d’un an. Si la découverte du jeune mammifère marin dans la mangrove a surpris les habitants, sa présence à cet endroit s’expliquerait simplement par la proximité de la plage, située à 15 mètres de là. Cependant, le mystère reste entier car cette zone n’est pas l’habitat naturel des baleines à bosse à cette période de l’année.

Publicité

La cause de l’échouage du baleineau reste inconnue

Les scientifiques n’ont trouvé aucune marque de blessure sur la carcasse ayant pu causer la mort de l’animal. L’enquête se poursuit, mais plusieurs pistes sont envisagées. L’ONG suppose que le petit a perdu la trace de sa mère au cours de leur migration vers l’Antarctique, censée se faire à cette saison, avant d’échouer dans la mangrove.

L’hypothèse d’une ingestion de plastique, comme cela arrive régulièrement dans l’Océan, est également envisagée. Une autopsie sera réalisée pour identifier les causes de la mort du cétacé. Cette dernière, qui devrait durer pas moins de 10 jours, permettra de déterminer si l’animal n’a pas été piégé par un filet ou blessé par une embarcation.

Publicité

Par abouviala, publié le 27/02/2019

Copié

Pour vous :