AccueilPlanète

Les dauphins du Parc Astérix transférés vers d’autres delphinariums

Publié le

par Clothilde Bru

© Marianne Purdie
/Getty Images

C’est "la pire des solutions" pour l’association C’est assez ! engagée dans la défense des cétacés.

Huit dauphins et cinq otaries vont quitter le Parc Astérix de Plailly, dans l’Oise, a annoncé Nicolas Kremer, son directeur général, dans les colonnes du Parisien dimanche 24 janvier.

Cette décision intervient alors que l’Assemblée nationale s’apprête à débattre de la maltraitante animale à partir de demain. Le cas particulier des dauphins doit d’ailleurs être évoqué dans un volet consacré au "bien-être de la faune captive", souligne Franceinfo.

Pour autant, "la décision est prise depuis trois ans", a assuré Nicolas Kremer au Parisien. "Le Parc Astérix est avant tout un parc d’attractions, pas un parc animalier", a-t-il rappelé. Pourtant, l’attraction marchait très fort. Selon le directeur général, 50 % des visiteurs du Parc Astérix venaient admirer le show assuré par les animaux marins.

Si les dauphins et les otaries vont pouvoir quitter le parc dans les semaines à venir, elles ne retrouveront pas leur liberté pour autant. "La réintroduction en milieu naturel est impossible pour ces animaux élevés en captivité", rappelle Nicolas Kremer. Les animaux vont donc être transférés dans d’autres delphinariums en Europe – une décision fustigée par l’ONG C’est assez ! qui lutte contre la captivité des mammifères marins.

Sur Twitter, c’est l’incompréhension :

Cette dernière attire également l’attention sur le cas d’une femelle dauphin malade, pour laquelle le transfert pourrait se révéler dangereux.

Une pétition pour réclamer un moratoire sur le transfert

Dans une pétition mise en ligne quelques heures plus tard, elle dénonce :

"C’est évidemment la pire des solutions à laquelle nous pouvions nous attendre. Cela faisait six ans que nous étions en discussion avec le Parc Astérix pour les accompagner à mettre fin au delphinarium. Cela faisait un an que nous étions en pourparlers avec le futur premier sanctuaire pour anciens dauphins captifs d’Europe, celui de Lipsi en Grèce."

La pétition, qui a réuni près de 20 000 signatures en quelques heures, réclame un moratoire sur le transfert des cétacés. Ce dernier doit avoir lieu dans les deux mois à venir, mais le directeur général du parc refuse de dire exactement quand ou de dévoiler leur(s) destination(s) exacte(s) pour des questions de sécurité.

Avec la fermeture de ce delphinarium, il ne reste plus que deux lieux semblables en France : Planète Sauvage à Port-Saint-Père (Loire-Atlantique) et Marineland à Antibes, précise Le Parisien.

Quant à savoir ce que va devenir l’immense arène de 2 000 places, Nicolas Kremer souhaite la conserver pour y proposer un nouveau spectacle aquatique.

À voir aussi sur news :