Jean-Philippe Ksiazek / AFP

La France et l’Allemagne s’engagent à mettre fin au broyage de poussins mâles d’ici 2021

Une initiative qui permettrait de sauver 90 millions de poussins mâles par an.

En octobre dernier, Julia Klöckner, ministre allemande de l’Agriculture, et Didier Guillaume, son homologue français, se sont positionnés sur le déploiement d’alternatives au broyage des poussins mâles. Ces derniers sont à l’heure actuelle éliminés en France et en Allemagne, faute de pouvoir être élevés.

Les ministres ont affirmé dans un communiqué de presse vouloir "mobiliser les acteurs des filières avicoles pour accélérer la dynamique de développement et de déploiement d’alternatives" sur cette question. Le destin d’environ 90 millions de poussins mâles issus de couvoirs, en France et en Allemagne, représente un défi pour les filières de poules pondeuses. Celles-ci vendent les futures poules pondeuses (les femelles) aux éleveurs, avant de tuer les mâles, qui ne seraient pas rentables à nourrir.

Publicité

Afin de mettre en place cette initiative, les deux ministres ont réuni à Berlin les organisations professionnelles avicoles, les organismes de recherche, les entreprises, les instituts techniques, et les associations de protection animale des deux pays. Le duo franco-allemand a affirmé vouloir "mettre rapidement fin à cette pratique inacceptable du point de vue de la protection animale et ainsi de répondre à cette attente forte de la part des consommateurs et des associations de protection animale".

Publicité

"On a dit fin d’année 2021. Si on le fait tout de suite, qu’est-ce qui se passe ? Il n’y a plus d’œufs"

La décision avait été annoncée fin octobre par le ministre de l’agriculture, Didier Guillaume. Au micro de France Inter, il avait répondu sur cette question qui mobilise les associations de lutte pour le bien-être animal : "On a dit fin d’année 2021. Si on le fait tout de suite, qu’est-ce qui se passe ? Il n’y a plus d’œufs." Le partenariat franco-allemand a défini un cadre de travail sur 2020 et 2021 portant à la fois sur la recherche et l’innovation, et sur les développements industriels.

Les ministres ont lancé un consortium franco-allemand qui aura pour mission le partage des connaissances scientifiques et la mise en œuvre de méthodes alternatives. Une plateforme d’échanges sera créée, et des réunions seront organisées alternativement en Allemagne et en France afin de piloter et de suivre les actions engagées. Julia Klöckner et Didier Guillaume invitent par ailleurs la Commission européenne à "soutenir cette démarche innovante, et les États-membres qui le souhaitent à s’y associer", pour que "cette pratique d’élimination des poussins" soit "le plus rapidement possible supprimée".

Par Pauline Ferrari, publié le 13/01/2020

Pour vous :