©JOEL SAGET / AFP

Extinction Rebellion sabote plus de 3 500 trottinettes, "jouets des capitalistes verts"

Selon le collectif écolo, les trottinettes sont des "briseuses de grève".

Les grèves de la RATP et de la SNCF de ce jeudi, annoncées depuis plusieurs semaines, a entraîné de nombreux usagers non-grévistes à envisager des solutions de repli pour se rendre au travail.

Si les alternatives classiques – à pied, à vélo, en covoiturage ou en taxi – ont encore du succès, les nouveaux modes de transport tels que les vélos, les scooters et les trottinettes électriques sont de plus en plus populaires et se sont placés en solutions idéales pour se rendre au travail sans trop d’encombre ce matin.

Publicité

Mais c’était sans compter sur Extinction Rebellion et son action coup de poing organisée ce jeudi dans les villes de Paris, Lyon et Bordeaux. Le collectif avait mis en place une "opération de mise hors-service" de pas moins 3 600 trottinettes électriques "en recouvrant leur QR code pour les rendre inutilisables".

"Une catastrophe écologique"

Le mouvement, qui était "partie prenante" de la grève car, selon lui, "protéger le vivant, c’est aussi protéger la vie des travailleurs et travailleuses", a expliqué ses motivations dans un communiqué :

Publicité

"Contrairement à leur image de mode de déplacement 'doux' et 'vert', les trottinettes électriques sont une catastrophe écologique. En raison de leur production très énergivore, de leur faible durée de vie et de la nécessité de les transporter tous les soirs pour les recharger, elles émettent en moyenne 202 g de CO2 par passager et par km parcouru. Cela représente 25 % d’émissions de gaz à effet de serre de plus qu’une voiture en voyageant seul, et 40 fois plus que lors trajet collectif en tram ou métro par km parcouru."

Et le collectif d’ajouter :

"Leurs batteries au lithium sont produites dans des conditions destructrices pour la nature et les êtres humains, et ne sont pas forcément recyclées. La trottinette électrique en libre-service permet-elle au moins de limiter les déplacements en voiture ou en scooter pour décongestionner les centres-villes ? Même pas ! Les études à ce sujet montrent qu’elle remplace majoritairement les trajets effectués à pied."

Publicité

En outre, Extinction Rebellion reproche aux trottinettes d’être les "jouets des capitalistes verts" et argue : "Les petites mains travaillant la nuit [pour recharger leurs batteries], appelé·e·s 'juicers', sont auto-entrepreneurs pour la plupart." Enfin, les militants justifient leur action par le fait que les trottinettes seraient des "briseuses de grève".

Par là, ils ont donc souhaité exprimer "leur solidarité avec les grévistes et les travailleurs et travailleuses en lutte pour la justice et la dignité", ont-ils assuré.

Par Astrid Van Laer, publié le 05/12/2019

Pour vous :