© Herve MASCOT/Gamma-Rapho via Getty Images

Et pendant ce temps : une invasion de frelons asiatiques géants menace les États-Unis

Ils mesurent jusqu'à 6 cm et peuvent se déplacer jusqu'à 30 km/h.

*Chaque jour, Konbini news s’engage à faire de la place à de l’information qui n’a rien à voir avec l’épidémie de coronavirus. Ça s’appelle "Et pendant ce temps" et aujourd’hui, notre regard se tourne vers les États-Unis.

On a pris l’habitude de composer avec eux chaque été. Cela fait plusieurs années que les frelons asiatiques se sont implantés en Europe. On connaît et craint ces tueurs d’abeilles à la piqûre particulièrement douloureuse. Il y a pire qu’eux. Une espèce encore plus dangereuse a été repérée aux États-Unis. Il s’agit de frelons asiatiques géants. Ces derniers ont commencé à laisser des traces macabres de leur passage à l’automne dernier, dans l’État de Washington.

Publicité

Des milliers d’abeilles ont été retrouvées mortes, entassées et décapitées à l’extérieur et à l’intérieur d’une ruche, rapporte le New York Times, qui consacre un reportage à ce phénomène inquiétant. C’est la marque de fabrique des frelons. À quelques kilomètres de là, un riverain ramasse un cadavre de l’insecte volant et le reconnaît immédiatement pour l’avoir aperçu dans une émission sur Internet.

Il faut admettre que l’insecte a un look tape-à-l’œil. Le New York Times décrit "un visage féroce avec des yeux en larme comme Spider-Man, des rayures orange et noires qui s’étendent le long de son corps comme un tigre et de larges ailes vaporeuses comme une libellule."

Publicité

Les scientifiques américains prennent la menace très au sérieux. Ils savent qu’une fois que la bête sera implantée, il sera impossible de la déloger. Il n’y a qu’à voir la manière dont leurs petits frères se sont bien adaptés en Europe.

"Si vous les rencontrez, partez en courant"

Ces frelons asiatiques géants sont redoutables. Ils peuvent mesurer jusqu’à 6 cm de long. En plus d’être très douloureux, leur venin peut être mortel pour l’homme s’il venait à être piqué plusieurs fois. Ils sont responsables de la mort de 50 personnes chaque année au Japon, affirme le New York Times. Leur dard est suffisamment long pour transpercer une combinaison d’apiculteur. C’est arrivé à Conrad Bérubé, apiculteur et entomologiste canadien, appelé à intervenir pour exterminer une ruche sur l’île de Vancouver.

Interrogé par le New York Times, il raconte avoir enfilé un short et un pantalon de survêtement épais, puis son costume d’apiculteur, mais en vain. Avant d’avoir eu la chance d’atteindre le nid, il a senti les "premiers coups de couteau" dans sa jambe, à travers toutes ses couches de vêtements. Il affirme avoir été piqué au moins sept fois. Cette scène s’est déroulée non loin de l’État de Washington.

Publicité

Toutefois, selon les scientifiques, les deux foyers n’ont pas de lien. Il y a donc eu deux introductions différentes dans la région. Pour tenter de venir à bout de l’animal, ces derniers ont passé commande de combinaisons renforcées. Quant aux riverains, ils ont reçu des consignes très claires :"Si vous les rencontrez, partez en courant, puis appelez-nous", rapporte CNN.

Les scientifiques sont très inquiets pour les abeilles. Si leurs congénères japonaises savent se défendre contre les frelons asiatiques géants en fondant dessus à plusieurs, aux États-Unis elles n’ont pas encore ce réflexe.

Pour le moment, ils ne savent pas comment ces monstres aux yeux orange et noirs ont fait le voyage de l’Asie jusqu’à l’État de Washington. Ils ont été aperçus pour la première fois à l’automne et semblent être sortis de leur hibernation il y a un mois environ, ce qui doit correspondre au moment où les reines commencent à construire des nids et former des colonies, précise CNN. En attendant, leur traque semble presque impossible. Une reine peut parcourir des dizaines de kilomètres par jour et voler jusqu’à 30 kilomètres par heure.

Publicité

Par Clothilde Bru, publié le 04/05/2020