© esmeraldaedenberg / Getty Images

En toute illégalité, un élu des Hautes-Alpes offre une queue de loup à la préfète sortante

Un cadeau de départ qui enfreint le Code de l'environnement.

"Il est absolument interdit d’utiliser ou même de transporter ne serait-ce qu’une partie d’un animal protégé", martelait Jean-François Darmstaedter, président de Ferus, une association de défense des loups, ce mercredi 26 février dans les colonnes de 20 minutes.

À l’origine de sa colère : un cadeau de Jean-Marie Bernard, président du département des Hautes-Alpes, à la préfète Cécile Bigot-Dekeyzer pour son départ. "Je lui ai remis une queue de loup pour qu’elle se souvienne de son passage dans les Hautes-Alpes", a déclaré l’élu Les Républicains au micro de D!CI TV & Radio.

Publicité

Hautes-Alpes : Jean-Marie Bernard a offert une queue de loup à la préfète pour son départ ! from ALTO Dici Radio on Vimeo.

Seul problème, le loup est une espèce protégée depuis 1993, comme n’ont pas manqué de souligner plusieurs associations de défense du canidé. Le loup fait régulièrement l’objet de querelles entre les éleveurs, dont le bétail est mis en danger par leur présence, et les associations de protection de l’environnement.

Publicité

Quand on parle du loup…

Pour justifier ce cadeau, Jean-Marie Bernard évoque un "clin d’œil". Et d’ajouter : "Le loup va rester même après son départ", sous forme de petit tacle à l’intention de l’ancienne préfète. Une manière de dire que, même après son départ, le "problème" du loup dans le département n’a pas été résolu. Ce dernier prend donc clairement la défense des éleveurs.

Le président du département des Hautes-Alpes a d’ailleurs rappelé qu’il avait déjà fait ce cadeau, quelques années plus tôt, au prédécesseur de Cécile Bigot-Dekeyzer et pour les mêmes motifs, rappelle France Bleu. Sauf que pour le porte-parole de Ferus, c’est parfaitement illégal.

"C’est dans le Code de l’environnement ! La détention, la mutilation, le transport d’une espèce protégée, vivante ou morte est illégale", a-t-il déclaré à la radio locale. Dans un communiqué de presse publié sur son site, Ferus a fait part de son intention de saisir "le procureur de la République de Gap afin de connaître la provenance de cette queue de loup et de porter plainte en conséquence".

Publicité

De son côté, Jean-Marie Bernard a répondu à France Bleu que la provenance de cette queue de loup ne regardait que lui.

Par Clothilde Bru, publié le 26/02/2020