© Don EMMERT / AFP

Dépassée, New York songe à enterrer les victimes du Covid-19 sur une île au large du Bronx

Au départ, un conseiller municipal envisageait une inhumation provisoire dans un parc.

Les morgues de la ville de New York font face à "l’équivalent d’un 11 septembre". L’image choisie par Mark Levine, conseiller municipal, est volontairement alarmiste.

Lundi 6 avril, la pandémie due au coronavirus a fait environ 3 000 morts et a contaminé au moins 67 551 personnes dans la mégapole, devenue le principal foyer américain de l’épidémie, selon National Review. Ce même lundi, les États-Unis ont franchi la barre des 10 000 décès pour plus de 350 000 cas déclarés.

Publicité

Très actif sur les réseaux sociaux, Mark Levine, qui préside le comité de santé du conseil municipal, a donc prévenu ses administrés dans un thread sur Twitter. Alors que les morgues sont presque pleines et que le nombre de corps continue d’augmenter, on inhumera temporairement les victimes du Covid-19, dans un parc s’il le faut :

"Bientôt, nous allons procéder à des enterrements temporaires. Et il est possible que nous utilisions un parc pour les inhumations (oui, vous avez bien lu). On creusera des tranchées pour accueillir dix cercueils en ligne. Cela se fera dignement, dans l’ordre et de manière temporaire. Mais ce sera dur à accepter pour les New-Yorkais."

Publicité

Hart Island

Dans le post suivant, le conseiller municipal explique que la mairie de New York envisage cette solution pour éviter de reproduire les mêmes erreurs qu’en Italie, "où l’armée a dû intervenir pour collecter les corps dans les églises, voire dans la rue". Mark Levine a également appelé les New-Yorkais à s’engager : "On n’a pas juste besoin de médecins, d’infirmières et de thérapeutes respiratoires en renfort. On a aussi besoin de personnel mortuaire."

Face à l’attention reçue par son premier tweet, le conseiller municipal a rappelé qu’il s’agissait d’une piste. "Si le taux de mortalité chute, nous n’aurons pas besoin d’y recourir", a-t-il précisé.

Publicité

Ce mardi 7 avril toutefois, Mark Levine a complètement abandonné le scénario des parcs. Dans un nouveau tweet, il déclare :

"Après avoir discuté avec plusieurs membres du conseil municipal, je peux vous assurer qu’il n’y aura pas d’enterrements dans les parcs de New York City. Ils m’ont assuré que si on devait procéder à des inhumations temporaires, ce serait sur Hart Island."

Publicité

Comme le rappelle Le Temps, Hart Island est une petite île de 400 m sur 1,6 km au large du Bronx utilisée depuis des dizaines d’années à cet effet. "Plus d’un million de corps y auraient été enterrés depuis 1869", affirme le quotidien suisse. On y enterre les corps des indigents que personne ne réclame, mais on y mettait aussi, dans les années 1980, les victimes du sida. Selon Le Temps, quelque 1 500 personnes sont encore inhumées chaque année à Hart Island

Par Clothilde Bru, publié le 07/04/2020