AccueilDémocratie

Convention citoyenne : l'heure du vote des 150 propositions pour sauver le climat

Publié le

par Hugo Coignard

© Yoan VALAT / POOL / AFP

Après huit mois de travail, les 150 citoyens tirés au sort débattent ce week-end des mesures qu'ils remettront à l'exécutif.

La Convention citoyenne pour le climat (CCC) a débuté ce vendredi sa session finale pour adopter une liste de mesures destinées à lutter contre le réchauffement climatique. Les 150 citoyens tirés au sort pour cet exercice de démocratie participative inédit à l’échelle nationale en France doivent se prononcer d’ici dimanche sur 150 propositions, élaborées en huit mois et six sessions de travaux.

C’est Emmanuel Macron qui avait décidé d’organiser cet exercice de démocratie participative inédit en France après la crise des "gilets jaunes", déclenchée par l’annonce d’une taxe carbone sur les carburants. Il recevra les 150 citoyens le 29 juin prochain.

Cyril Dion, garant de la CCC, est satisfait de l’expérience. Au début, "certains étaient carrément climatosceptiques. En quelques mois et en auditionnant des experts, ils sont parvenus à un degré de connaissances beaucoup plus poussé que la majeure partie des Français, et même que certains élus", indique le réalisateur et militant écologique à Konbini news.

Des mesures concrètes

Répartis en plusieurs salles dans les locaux du Conseil économique social et environnemental (CESE), et pour certains en visioconférence en raison du Covid-19, qui a chamboulé leurs travaux, les citoyens ont commencé à passer en revue quelque 150 propositions.

Parmi ces mesures concrètes figurent notamment :
- un encadrement fort de la pub, avec interdiction des écrans publicitaires dans l’espace et les transports publics, pour des produits à fort bilan carbone
- de lourdes taxes sur l’alimentation ultra-transformée
- l’interdiction des semences OGM et une taxation plus forte des engrais azotés
- l’interdiction dès 2025 de la vente des véhicules les plus polluants
- l’interdiction des terrasses chauffées ou de l’éclairage des magasins la nuit
- la baisse du temps de travail à 28 heures hebdomadaires

Vendredi après-midi, la réduction de la vitesse sur autoroute de 130 à 110 km/h était déjà adoptée à 60 %. Une proposition qui a sans surprise déclenché l’ire des associations d’automobilistes, faisant écho à la grogne déjà déclenchée par les 80 km/h.

Le compte Twitter @Conv_Citoyenne met régulièrement à jour la liste objectifs adoptés et un live est proposé sur le site de la CCC.

Les membres de la CCC seront également appelés à se prononcer sur l’inscription de la lutte contre le réchauffement climatique dans la Constitution, mais aucune nouvelle version de taxe carbone ne figure dans les mesures.

La démocratie délibérative, "ça marche"

Cette Convention n’a cependant pas force de loi. Ses propositions de loi et mesures devront être reprises par le président de la République, le gouvernement ou le Parlement selon les cas, pour rentrer en vigueur.

"Je ne sais pas si ces propositions seront toutes appliquées, peut-être que non. Mais l’objectif maintenant, c’est qu’il y ait une délibération", explique Cyril Dion. Et d’ajouter : "Il faut que les Français s’approprient [le travail de la convention] et qu’ils soient derrière les citoyens de la Convention pour que le président de la République tienne son engagement qui est de mettre ces propositions sans filtre au référendum, au Parlement ou à application réglementaire".

L’expérience de la démocratie délibérative doit-elle être poursuivie ? "Depuis le début, on a proposé cette Convention citoyenne pour démontrer que ça fonctionne, et qu’éventuellement ça soit intégré à nos mécanismes institutionnels", admet Cyril Dion. "Démocratiquement, c’est beaucoup plus satisfaisant que de voter une fois tous les cinq ans et d’attendre de voir si les personnes pour lesquelles on a voté tiennent leurs promesses ou non."

À voir aussi sur news :