AccueilPlanète

Amsterdam veut interdire ses coffee-shops aux touristes

Publié le

par Clothilde Bru

© Pierre Crom/Getty Images

Notamment à cause... des Français.

En général, on se rend à Amsterdam pour visiter le musée Van Gogh, se balader au bord des canaux, faire du vélo… mais aussi pour profiter de ses coffee-shops. La capitale des Pays-Bas est l’une des villes les plus attractives d’Europe. Elle frôle les 20 millions de visiteurs chaque année. Pour une agglomération de moins d’un million d’habitants, c’est beaucoup.

La maire écologiste d’Amsterdam, Femke Halsema, ne voit pas tous ces vacanciers d’un très bon œil. Elle a dans le viseur les "touristes du cannabis", qui représentent près de 58 % des visiteurs, selon une étude menée par le gouvernement néerlandais et citée par The Guardian.

L’édile a ainsi fait une proposition vendredi 8 janvier, afin d’interdire aux touristes l’accès aux quelque 166 coffee-shops qui ont fait le succès de la ville. "Amsterdam est une ville internationale et nous souhaitons accueillir les touristes, mais nous aimerions des touristes qui viennent pour la richesse de la ville, pour sa beauté, pour ses institutions culturelles", a-t-elle confié à la télévision publique néerlandaise dans une traduction de l’AFP.

Deux fois moins de coffee-shops sans les touristes

Actuellement, tous les commerces non essentiels sont fermés à Amsterdam pour cause de crise sanitaire. Pour autant, les coffee-shops peuvent encore assurer les livraisons et la vente à emporter, précise CNN.

Sans tous ces vacanciers qui viennent souvent de pays frontaliers – à savoir la France, la Belgique ou encore l’Allemagne –, il y aurait deux fois moins de coffee-shops, estime ladite étude. Le problème avec ce tourisme, c’est qu’il est lié à la drogue et au crime organisé, déplore Femke Halsema. De plus, il attire souvent des jeunes avec un petit budget, qui peuvent être sources de nuisances pour les riverains.

À noter qu’une telle interdiction existe déjà à Maastricht depuis 2012. À l’époque, Amsterdam aussi a failli fermer les portes de ses coffee-shops. Si la mesure devait entrer en vigueur, ce ne serait pas avant l’année prochaine, précise The Guardian. Femke Halsema doit en effet consulter les propriétaires de coffee-shops afin d’assurer une transition viable.

Pour rappel, la production de cannabis et son approvisionnement sont interdits aux Pays-Bas. En revanche, la vente et, par conséquent, les coffee-shops sont tolérés depuis les années 1970.

À voir aussi sur news :