(© Yuri SmityukTASS, via Getty Images)

Affamés, des ours attaquent des villages dans l'Est de la Russie

L'un d'entre eux a dévoré un homme.

Dans l’Extrême-Orient russe, les rivières autrefois poissonneuses de la péninsule du Kamtchatka ne parviennent plus à nourrir la population locale d’ours. La région est connue pour ses ours bruns de grande taille. Sauf qu’aujourd’hui, ils meurent de faim. Depuis quelques jours, certains s’aventurent dans des villages du sud de la presqu’île, selon le témoignage de plusieurs habitants interrogés par Regnum, une agence de presse russe.

Des dizaines d’ours terrorisent les petites villes d’Ozernovski et Zaporojié, qui sont reliées par un pont. "Ils font des massacres dans les poulaillers, pénètrent dans les maisons, dans les entreprises, ils sont partout aujourd’hui ", raconte un habitant, selon une traduction de Courrier international. "Les gens ont peur de sortir de chez eux, de laisser les enfants jouer dehors, d’aller au travail ", ajoute-t-il.

Publicité

La situation risque d’empirer

Publicité

Et pour cause : un homme est mort. Cet employé d’une usine locale a été attaqué par un ours rendu agressif par la faim. "Il y a quelques jours, il y a eu une tragédie : un ours a dévoré une personne. On a compté plus de 70 bêtes attroupées le long de la rivière, ils se dévorent même entre eux tellement ils sont affamés ", raconte un autre habitant.

En réaction, des chasseurs ont abattu deux plantigrades – et la situation pourrait bien empirer. Avant l’hiver, les ours consomment un maximum de nourriture, afin de pouvoir rentrer en hibernation. S’ils n’ont pas assez mangé avant l'hiver, que va-t-il se passer ? La figure de l’ours affamé, le "chatoun", hante les habitants du sud de Kamtchatka :

"L’hiver prochain, ces chatouns erreront autour des villages par dizaines, et nous assisterons à un véritable massacre entre les bêtes et les hommes. Les ours tueront les hommes et les hommes tueront les ours. Au cours de la semaine dernière, une bonne quinzaine d’animaux ont déjà été liquidés. Cet hiver, on les tuera par dizaines."

Publicité

"Nous comprenons qu’ils ont faim"

"Nous avons de la peine pour les ours, les pauvres  Nous comprenons qu’ils ont faim, mais nous avons peur pour nous et nos proches. Nous ne savons pas quoi faire. Nous non plus n’avons pas de poisson, comme les ours. Nous sommes dans le même bateau", déplore un villageois, toujours dans une traduction de Courrier international.

Dans les petites villes, plusieurs voix accusent les autorités d’être de mèche avec les entreprises responsables de la surpêche. Cela expliquerait l’inaction des autorités qui laissent les populations se débrouiller avec ce problème de taille.

La Russie abrite l’une des plus grandes populations d’ours au monde. Le réchauffement climatique et la surpêche rendent la survie de ces espèces de plus en plus difficile, et la cohabitation avec l’homme de moins en moins évidente. L’hiver dernier, l’archipel de Nouvelle-Zemble était envahi par des ours polaires.

Publicité

Plus récemment, les images d’un ours polaire affamé ont fait le tour du monde. Le pauvre mammifère avait été filmé errant à des centaines de kilomètres de chez lui, à la recherche de nourriture dans les bennes à ordures d’une zone industrielle.

Par Clothilde Bru, publié le 29/08/2019

Copié

Pour vous :