(c) Bychykhin_Olexandr, Getty

1 500 jets privés pour le forum "écolo" de Davos (sans compter les hélicos)

Le rendez-vous des grands de ce monde n’est pas à une contradiction près.

(© Bychykhin Olexandr/Getty)

"La mondialisation 4.0 doit aussi être beaucoup plus durable, c’est la raison pour laquelle nous mettons tant l’accent sur les questions environnementales durant cette réunion", lançait Klaus Schwab en ouverture de l’édition 2019 du forum de Davos, qui se tient du 22 au 25 janvier.

Publicité

Le préambule du fondateur et président exécutif du Forum économique mondial fait sourire : en effet, 1 500 jets privés étaient attendus dans les aéroports avoisinant la célèbre station suisse. C’est 11 % de plus que l’année dernière, soit 200 jets privés supplémentaires. Un chiffre en contradiction totale avec les prétendues préoccupations du forum.

Selon Air Charter Service, une compagnie aérienne qui affrète ces avions privés, c’est l’événement qui génère le plus de trafic. Andy Christie, son responsable, a expliqué : "Nous avons même reçu des réservations en provenance de Hong Kong, d’Inde ou des États-Unis. Aucun autre événement n’a une telle portée internationale."

Pourtant, selon un sondage dévoilé par les organisateurs de l’événement la semaine dernière, "le changement climatique a été placé au premier rang des risques pour l’économie mondiale" par les grands patrons et autres responsables politiques présents sur le salon.

Publicité

Une hypocrisie soulignée par la désormais célèbre Greta Thunberg, une jeune suédoise militante écologiste, qui a fait le déplacement à Davos : "Je pense qu’il est insensé que des gens soient rassemblés ici pour parler du climat, alors qu’ils arrivent en jet privé. C’est juste fou."

Et le train alors ?

Le combat de l’adolescente de 16 ans contre le réchauffement climatique a commencé l’année dernière dans sa Suède natale. Pendant plusieurs semaines, elle a séché les cours pour faire le pied de grue devant le parlement suédois et réclamer des lois pour lutter contre le réchauffement climatique.

Publicité

En décembre dernier, elle a prononcé un discours très remarqué devant les dirigeants du monde entier à la COP24, à Katowice en Pologne :

Publicité

C’est donc tout naturellement que la jeune fille a pris le train pour parcourir les quelque 1 800 km qui la séparent de la Suisse et se rendre au forum de Davos. Un voyage de plus de 24 heures qui paraît chronophage à côté des pratiques des participants du forum : beaucoup d’entre eux ont rejoint la Suisse en jet privé.

Ce n’est pas tout : nombreux sont ceux à avoir choisi l’hélicoptère pour parcourir les derniers kilomètres qui les séparaient de Davos, alors que seules deux heures de train sont nécessaires depuis Zurich. À noter que les plus mauvais élèves des cinq dernières années sont les Allemands, les Français, les Russes, les Américains et les Saoudiens.

Cocorico !

Par Clothilde Bru, publié le 25/01/2019

Copié

Pour vous :