Seuls 3 % des Indiens citadins estiment avoir fait un “mariage d’amour”

Les Indiens ont régulièrement recours à des cérémonies de mariage de masse, où plus de 3 000 couples sont parfois unis en même temps.

© Photo by Rajesh Sachar/Pacific Press/LightRocket via Getty Images

Une étude réalisée par la Lok Foundation de l’université d’Oxford et le Centre for Monitoring Indian Economy et effectuée auprès de près de cent mille ménages Indiens et citadins a révélé que seuls 3 % d’entre eux considéraient s’être mariés par amour, rapporte Courrier International.

L'étude, qui nuance ses conclusions en différenciant les notions de "mariage arrangé" et de "mariage forcé", montre que le niveau d’éducation a une influence sur l’apparition de l’amour comme facteur de mariage, pouvant faire varier le taux de mariage arrangé de dix points.

Les chercheurs pointent également du doigt la variable de la religion : les Hindous auraient beaucoup plus recours à des mariages arrangés que les Musulmans et les Chrétiens. Enfin, les scientifiques ont estimé que les probabilités d’épouser des gens extérieurs à leur caste étaient plus élevées chez les familles pauvres que les familles riches.

En revanche, quel que soit le niveau de revenus, les mariages interreligieux ne sont pas monnaie courante chez les citadins, qui en ont dénombré seulement 5 %. Les mentalités semblent toutefois légèrement avoir changé avec le temps, puisque le nombre d’octogénaires considérant avoir eu un mariage d’amour est plus faible que pour les jeunes âgés d’une vingtaine d’années.

Néanmoins, une étude récemment publiée mettait au jour un chiffre alarmant : 40 % des femmes qui se suicident dans le monde sont indiennes, pointant notamment du doigt la responsabilité du trop grand nombre de mariages arrangés et forcés. L’Inde, qui vient de dépénaliser l’adultère, organise régulièrement des cérémonies de mariages de masse, où plus de 3 000 couples sont parfois unis en même temps.

Par Astrid Van Laer, publié le 05/10/2018