En Roumanie, un référendum pourrait rendre inconstitutionnel le mariage gay

Les Roumains sont appelés aux urnes dans deux jours.

Manifestation à Bucarest en 2013. ©REUTERS/Bogdan Cristel

Les 6 et 7 octobre prochains, les citoyens roumains sont invités à se prononcer par voie référendaire au sujet de l’inscription dans la Constitution de l’interdiction du mariage gay. Si les Roumains y sont favorables, le mariage sera alors défini par la loi comme étant “l’union librement consentie entre un homme et une femme” et non entre “époux”, comme le rapporte l’association Stop Homophobie.

C’est le résultat d’une pétition demandant la tenue de ce référendum, qui avait recueilli trois millions de signatures et un fort appui de l’Église orthodoxe, dans un pays qui compte moins de 20 millions d’habitants. Jusqu’en 2000, l’homosexualité était pénalisée en Roumanie et les unions entre personnes de même sexe célébrées à l’étranger n’y sont même pas reconnues.

Les anti-mariage gays ont fait une campagne plutôt violente. Comme le rapporte France Inter, un grand journal roumain est allé jusqu’à titrer en une "Le nouvel ordre LGBTQ", au-dessus de la photo d’une drag-queen en uniforme nazi.

Les divergences sont telles qu’en juin 2017, le président du parti Sauvez la Roumanie, Nicușor Dan, avait démissionné en raison de positions divergentes sur le mariage gay. L’aile progressiste du mouvement s’était prononcée en défaveur de l’interdiction constitutionnelle du mariage homosexuel, provoquant le départ de M. Dan.

Pour l’association de défense des droits LGBTQ+ "Accept", "le seul but de cette démarche est de monter l’opinion publique contre les personnes LGBT" puisque le code civil interdit déjà le mariage gay. Toutefois, même si l’inconstitutionnalité était votée, pour que la consultation soit valide et mise en application, il faut que le taux de participation soit d’au moins 30%.

Par Astrid Van Laer, publié le 04/10/2018