AccueilÉDITO

Covid-19 : et sinon, il y a quand même eu cinq bonnes nouvelles cette semaine

Publié le

par Lisa Drian

© Getty Images

Et ça fait tout autant de mauvaises nouvelles pour ce fichu virus...

La troisième semaine de déconfinement (et pas la dernière espérons-le) touche à sa fin et chez Konbini News, on tenait à partager des nouvelles positives avec vous.

Le Kazakhstan abolit la peine de mort

Il était temps ! Le pays a aboli la peine de mort samedi 2 janvier alors qu’un moratoire sur les exécutions était en vigueur depuis près de vingt ans. Même si les exécutions étaient suspendues depuis 2003 dans le pays d’Asie centrale, cela n’empêchait pas les tribunaux de condamner à la peine capitale certains accusés. Ces condamnations restaient toutefois assez rares, seuls les crimes jugés exceptionnels, comme ceux relevant du terrorisme se voyaient obtenir cette peine.

Le chef de l’État, Kassym-Jomart Tokaïev, a signé la ratification du deuxième protocole facultatif se rapportant au Pacte international relatif aux droits civils et politiques. En clair, cela signifie que le premier texte ratifié l’année dernière par le Parlement obligeait ses signataires à abolir la peine de mort dans le pays. La condamnation à mort est désormais remplacée par la prison à perpétuité.

En ex-URSS, seule la Biélorussie continue d’appliquer régulièrement cette peine. La Russie l’a quant à elle interdite de facto mais ne l’a pas interdite explicitement. Dans le monde, certains territoires des États-Unis, des pays du Moyen-Orient ou encore la Chine appliquent toujours cette sentence.

En 2021, l’UE ne pourra plus exporter de déchets plastiques non recyclables dans les pays pauvres

Fini de déverser des tonnes de déchets des pays riches dans les pays en voie de développement. Du moins, c’est désormais le cas pour les déchets dits dangereux ou non recyclables. La réglementation s’applique pour les déchets qui sont considérés comme étant de mauvaise qualité, difficilement recyclables ou encore contaminés.

Les pays développés, membres de l’UE sont donc soumis à de nouvelles règles, plus strictes concernant l’exportation de leurs déchets. Ils ont maintenant l’interdiction d’exporter des déchets qui ne seraient pas triés vers des pays qui n’appartiennent pas à l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques), explique Libération.

Les déchets "propres" pourront tout de même y être envoyés, mais à une condition : le pays destinataire, non-membre de l’OCDE, pourra accepter ou décliner la demande d’exportation. Aucun pays n’est en reste, même ceux qui n’ont pas ratifié la convention. Les États-Unis sont également soumis à cette règle.

Au Royaume-Uni, la TVA sur les tampons hygiéniques est supprimée

C’est officiel : depuis le 1er janvier, le Royaume-Uni n’est plus soumis à la taxe des 5 % minimum sur les produits hygiéniques imposée par l’UE, explique Le Monde. La mesure est rendue possible par le Brexit.

Le ministre des Finances, Rishi Sunak, qui avait indiqué cette mesure dans son budget en mars, s’est d’ailleurs félicité de cette décision : "Je suis fier que nous tenions aujourd’hui notre promesse de supprimer la taxe sur les tampons. Les produits hygiéniques sont essentiels, il est donc normal de ne pas facturer la TVA." La suppression de cette TVA ferait gagner 40 livres sterling (environ 45 euros) à une femme au cours de sa vie a estimé le ministère des Finances, rappelle le journal.

Deux femmes transgenres ont remporté des élections en Inde 

C’est historique. Deux femmes transgenres ont remporté des élections locales dans leurs villages respectifs. Le gram panchayat, une forme de gouvernement local, les a élues, explique le site PinkNews. L’une des deux vainqueures, Devika Akka, a déclaré aux médias qu’elle servirait le peuple et qu'elle en fait une priorité. 

Pendant sa campagne, lorsqu’elle démarchait les habitants et qu’elle était à la recherche de votes, Devika a été agréablement surprise par la bienveillance des habitants. Il s’agit de la première personne transgenre à être élue au village de Salagame. "J’écouterai les préoccupations des habitants de ma localité et je mettrai en lumière les problèmes dont ils me font part. Je dois être disponible pour mes résidents, même pour les plus petits besoins", a t-elle déclaré. 

Et si vous recycliez votre sapin de Noël… avec des chèvres ? 

Si vous ne savez pas quoi faire de votre sapin qui commence à se déplumer après les fêtes, la solution est toute trouvée : le recyclage. Mais attention, pas n’importe lequel. Un couple d’éleveurs de chèvres à Voglans, en Savoie, aurait trouvé la solution parfaite. Et si les conifères devenaient un véritable festin… pour leur troupeau ? Les petites chèvres en raffoleraient décrit Le Parisien. Une solution écologique et tout à fait naturelle. 

"Les chèvres mangent tout sauf le tronc, qu’on broie et transforme ensuite en litière pour les lapins, poules et cochons", explique au journal Mayalene Ghilardi, l’éleveuse du troupeau. Après tout, "rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme", comme on dit. Et juste après la période des fêtes où la consommation a toujours tendance à augmenter et les déchets aussi, ce n’est peut-être pas plus mal.

À voir aussi sur news :