Par Clothilde Bru

Cet habitant originaire du secteur d’Aniche – petite ville du Nord-Pas-de-Calais – s’était laissé aller à quelques petits mensonges sur la plus célèbre des encyclopédies en ligne. La sentence est irrévocable.

© Jean-Christophe Fleury

Comment injecter un peu d’extraordinaire dans une bourgade somme toute ordinaire ? Serge Ottaviani est un ancien chef d’entreprise de 65 ans qui habite dans la région d’Aniche, une petite ville du Nord d’à peine plus de 10 000 habitants. Un jour, il s’est pris à rêver que sa ville avait été le théâtre d’événements historiques notables.

Sauf que Serge Ottaviani ne s’en est pas tenu aux limites de son imagination. Ces petites entorses à la réalité, il les a postées directement sur Wikipédia, qui a pris la décision de le bannir après que La Voix du Nord a révélé le "scandale" en juillet dernier.

En 2007, Serge Ottaviani se crée un compte d’auteur sur Wikipédia. Passionné d’histoire locale, il s’en tient au départ à des faits réels : "Il y a une dizaine d’années, j’ai commencé sur Wikipédia en contribuant sur les pages historiques du secteur et des grands personnages historiques du coin", explique le sexagénaire interrogé par Konbini news.

Jules Verne et Napoléon

2012 serait la date de son premier mensonge : "Jules Verne est venu rencontrer des verriers vers 1860 pour réaliser des hublots pour le Nautilus du capitaine Nemo", écrit-il sur le célèbre site internet. Il commence alors à distiller passim de prétendus faits historiques sur la ville d’Aniche et ses environs : "En 1787, Napoléon a loué une chambre place du Marché, face à l’église Saint-Martin, et a entretenu une courte liaison avec Mademoiselle Gerbier ", pouvait-on lire sur l’encyclopédie en ligne.

Pour lui, cela n’a rien d’extraordinaire : il y a bien des rumeurs faisant état d’un passage de Napoléon à Aniche. Il se contente donc de lui rajouter une petite copine, rien de plus. “Je sais à peu près où j’ai mis des bêtises : c’est localisé à Aniche et dans la ville tout le monde le sait depuis des années.”

Serge Ottaviani trouve la sanction de Wikipédia bien sévère, d’autant que ces petits mensonges ne représentent rien par rapport à l’ensemble de ses contributions.

Une manière d’alerter les jeunes sur les "fake news"

"Dans Wikipédia, j’étais dans les 900 premiers contributeurs, avec 19 000 contributions. En faisant le calcul je dois avoir 0.15 % de canulars mais qui sont très localisés." Il faudra le croire sur parole, ce dernier refusant de collaborer avec Wikipédia pour corriger ses méfaits. Le sexagénaire est un peu remonté contre l’encyclopédie en ligne : "Sans me contacter, ils ont bloqué mon compte provisoirement. Puis dans l’heure qui a suivi, il était définitivement bloqué, sans m’avoir consulté."

Serge Ottaviani dénonce une décision unilatérale qui contrevient à l’esprit collaboratif de cette encyclopédie. Correspondant bénévole pour un journal local (L’Observateur du Douaisis), il intervient aussi régulièrement dans les écoles pour alerter les jeunes sur le danger des "fake news" ! Si cela nous semble un peu contradictoire avec son activité sur Wikipédia, pour lui c’est un parfait cas d’école. En classe il ne manque pas de pointer du doigt ces petits mensonges devant les élèves "afin de les alerter sur les dangers d’internet y compris sur Wikipédia, et de leur montrer l’importance de vérifier les sources."

Une chose est sûre Serge Ottaviani, personnage haut en couleur, n’en est pas à une contradiction près.