Au Venezuela, une boîte d’œufs coûte 3 millions de bolivars

Le salaire minimum mensuel y est moins élevé que le prix d’une boîte d’œufs.

© Cool Hand Luke

Alors que l’histoire de José Ibarra, un docteur en santé publique à qui il faudrait quatre mois de salaire, soit vingt millions de bolivars, pour faire réparer son unique paire de chaussures, a ému le monde entier en début de semaine, les chiffres chocs concernant la situation financière du Venezuela affluent.

On savait déjà qu’en République bolivarienne, un café coûte un million de bolivars. Mais cette fois, les prix sont encore plus hallucinants : pour acquérir une boîte d’œufs ? Il faut s’acquitter de pas moins de 3 millions. Pourtant, en "Terre de Grâce", le salaire moyen est bien bas.

En effet, le salaire minimum mensuel, récemment doublé par l’État pour empêcher une inflation démesurée, et ce pour la troisième fois en un an, n’équivaut même pas au prix d’une boîte d’œufs. Ce dernier a été porté à 2,56 millions de bolivars, quand la boîte d’œufs en coûte 3. La situation s’est enlisée au point que José Ibarra avait expliqué avoir perdu quinze kilos depuis le début de la crise économique qui touche son pays.

Mercredi 25 juillet, le chef d’État Nicolás Maduro a donc annoncé la mise en place d’un plan de redressement économique, qui débutera le 20 août. Ce dernier comprend une "reconversion monétaire, avec cinq zéros en moins". "Cinq zéros de moins pour avoir […] un nouveau système financier et monétaire stable", a-t-il expliqué.

L’inflation pourrait aller jusqu’à atteindre 1 000 000 % d’ici un an, d’après le Fonds monétaire international (FMI). Du coup, certains décident de faire face et de se préparer au pire. C’est le cas du site de recettes de cuisine vénézuélien, "Recetas de Nice", qui a pris les devants et s’est mis à proposer des recettes de gâteaux et tartes "sans œufs ni beurre".

  • 0