Pol Albarrán / Getty Images

Urgence climatique : voici les mesures concrètes de la mairie de Barcelone

Ada Colau, maire de Barcelone, a déclaré la ville en situation d’urgence climatique, et a annoncé 103 mesures concrètes.

Dans la deuxième ville d’Espagne, l’urgence climatique est une réalité : c’est ce qu’a annoncé Ada Colau, maire de Barcelone, en déclarant la ville en situation d’urgence climatique. En effet, depuis 2002, la capitale de la Catalogne est au-dessus du niveau de particules fines établi par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), mais également le niveau de dioxyde de carbone fixé par Bruxelles. La municipalité avait sorti un rapport sur le sujet en 2017, faisant état d’une moyenne de 424 morts prématurées par an entre 2010 et 2017 provoquées par la pollution. 

Ada Colau, maire de gauche, a établi une liste de 103 mesures concrètes afin de réduire de moitié les émissions de gaz à effets de serre d’ici 2030. La municipalité de Barcelone devrait donc investir 563 millions d’euros sur cinq ans dans l’objectif de réduire de 2 millions de tonnes ses émissions de CO2. Un ensemble de mesures qui fait suite à un plan climat prévu par la ville en 2018, qui avait déjà pour objectif une réduction de 45 % des gaz à effets de serre d’ici 2030. 

Publicité

Des transports à l’urbanisme : une série de mesures concrètes

Parmi les mesures annoncées par Ada Colau, on retrouve une grande part destinée à bannir les voitures du centre-ville, notamment en créant des zones à faibles émissions de CO2 et des espaces de circulation restreints, ou encore en limitant la circulation à 30km/h dans plus de la moitié des rues de la ville. Début 2020, la maire avait annoncé l’interdiction des voitures les plus polluantes et son extension aux camions et autobus à partir de 2021. Cette mesure concernerait en moyenne 50 000 voitures par jour pour Barcelone. 

La maire propose également de supprimer le pont aérien qui relie Barcelone et Madrid au profit du ferroviaire via le TGV. En 2019, ce pont a été emprunté par 2,3 millions de passagers, à raison de plus de 200 000 voyageurs mensuels. Une alternative qu’elle compte appliquer au sein même de son cabinet. Selon le journal El País, "la maire, les conseillers municipaux" et tous les employés municipaux, lors des déplacements professionnels, ne pourront plus "utiliser l’avion sur des trajets de moins de 1 000 kilomètres" s’il est possible d’utiliser le train pour un trajet de moins de sept heures. 

Ada Colau souhaite également mettre la biodiversité au cœur de l’urbanisme, notamment en créant de nouveaux espaces verts et des parcs. Parmi les mesures, on retrouve également la création d’une figure de responsable environnement dans chaque quartier, une multiplication de l’énergie solaire sur les toits de la ville ou encore une rénovation énergétique de 10 000 maisons par an. 

Publicité

Au-delà des transports et de l’urbanisme, la maire de Barcelone a annoncé des mesures du quotidien, comme la réduction de la viande dans les cantines scolaires et la proposition de menus locaux. L’élimination des plastiques jetables, le déploiement de la collecte individualisée et collective des déchets ou encore la création d’abris climatiques en cas de fortes chaleurs font également partie de ces mesures. 

Enfin, comme beaucoup de grandes villes européennes, Barcelone veut étudier l’impact climatique du tourisme sur la ville pour en baisser ses émissions. Certains événements majeurs de la ville, comme le marathon ou la Smart City Expo, se verront imposer des critères de réduction de leur impact climatique. 

“Ceci n’est pas un exercice”

La déclaration de la maire de Barcelone sur l’urgence climatique de la ville s’est voulue suivie d’un plan pratique. "Nous voulions que ce ne soit pas une déclaration rhétorique, mais un document de mesures qui marquent un avant et un après", a-t-elle déclaré. Une centaine de mesures, dont plus de la moitié incombent spécifiquement au conseil municipal, dans une volonté d’action directe : "défendre la justice climatique est une question de démocratie", a rappelé Ada Colau. 

Publicité

La mairie de Barcelone a ainsi déclaré sur Twitter : "Ceci n’est pas un exercice. Nous décrétons l’urgence climatique car la Barcelone de demain dépend de ce que nous ferons aujourd’hui", le tout accompagné d’une vidéo montrant la montée des eaux.

Par Pauline Ferrari, publié le 17/01/2020

Pour vous :