Pour 10 dollars, une artiste retire ton ex de tes photos

Elle vous débarrasse des vestiges photographiques de votre vie sentimentale.

L'Amour avec un grand A, ou tout en minuscules... Pour la Saint-Valentin, Konbini fait battre ton cœur en te racontant l'amour sous toutes ses formes. On te souhaite un Lovely Day !

En revoyant vos photos de vacances, vous avez la désagréable sensation que quelque chose – ou plutôt quelqu’un – est en trop ? Sur Twitter, l’artiste @Hexappeal peut sans doute arranger votre problème en quelques coups de Photoshop bien sentis. "Pour 10 dollars, je retire votre ex de votre photo, demandes sérieuses uniquement", proposait la twitta début janvier.

Publicité

Preuve des miracles qu’elle est capable de réaliser, la pro du détourage avait partagé une même photo d’un couple avec et sans l’homme. Un "avant-après" bluffant, qui a sans doute contribué au succès de sa proposition, puisque le tweet de l’artiste a recueilli pas moins de 160 000 likes, pour 18 500 retweets.

Et visiblement, ils sont nombreux sur Twitter à vouloir se débarrasser des vestiges de leur vie sentimentale. Parmi les meilleures réponses des twittos :

Publicité

"Les meilleurs 10 dollars que j’ai jamais dépensés" ; "Bonne chance avec celle-ci ! Ça me rend triste tous les jours, c’est la seule photo que j’ai avec une célébrité que j’adore" ; "Ce n’est pas un ex, mais est-ce que tu acceptes d’enlever d’anciens amis qui se sont mal comportés des photos ?" ; "Est-ce que tu fais vraiment ça ??? J’ai une photo de vacances sympa qui est ruinée et je paierais sérieusement 10 dollars pour l’enlever."

La proposition de la jeune femme est en effet très sérieuse et cette dernière a retouché de nombreuses photos qu’on lui a envoyées, simplement à partir de son iPhone. Malheureusement, face à la forte demande, elle a décidé d’augmenter ses prix pour passer à 15 dollars par image. Un tarif qui reste encore abordable, pour effacer un ex indésirable de vos souvenirs façon Eternal Sunshine of the Spotless Mind.

Publicité

Publicité

Par Pauline Allione, publié le 13/02/2020