Fondateur d’une thérapie de conversion, un Mormon fait son coming out

"J’ai compris qu’il était temps pour moi de m’affirmer en tant que gay."

© David Matheson / Facebook

"Ça n’a pas été une décision facile." Pendant des années, David Matheson a tenté de "convertir" les personnes homosexuelles dans le but de les faire changer d’orientation sexuelle… avant de se rendre compte qu’il était lui-même gay.

Publicité

Mardi 22 janvier, ce mormon, auteur d’un livre intitulé Devenir un homme, a publié un long message sur Facebook pour annoncer avoir divorcé de sa femme et éprouver de l’attirance pour les hommes.

David Matheson a longtemps exercé en tant que thérapeute dans des groupes de conversion. Il a même lancé "Journey into manhood", "un programme pour apprendre aux homosexuels à refréner leurs sentiments et à rejeter leur orientation sexuelle", rappelle Têtu. Aujourd’hui, il raconte s’être "habitué à la prison idéologique qu'[il s']étai[t] construite" :

"Il y a un an, j’ai compris que je devais opérer des changements importants dans ma vie. J’ai compris que je ne pouvais pas rester marié plus longtemps. Et j’ai compris qu’il était temps pour moi de m’affirmer en tant que gay."

Publicité

Et d’ajouter :

"J’ai profité pendant des années d’un mariage heureux et épanouissant avec ma femme. De manière générale, ce fut une belle relation amoureuse et être 'hétéro' est devenu une partie clé de mon identité. Mais j’ai aussi expérimenté le fait d’être attiré par des hommes.

La plupart du temps, c’était toujours en arrière-plan. Mais parfois, ça devenait très intense, causant des souffrances et des conflits à mon mariage."

"Les choses ont commencé à changer il y a quelques années", poursuit David Matheson. "Nos différences ont commencé à se ressentir de plus en plus" explique-t-il avant d’ajouter : "J’ai aussi compris qu’être dans une relation intime avec un homme n’était plus quelque chose que je voulais éviter. C’était devenu un besoin non négociable."

Publicité

"Je trouve toujours que je fais preuve d’homophobie"

S’il concède : "Je sais que j’ai pu blesser certaines personnes", il explique tout de même : "Encore aujourd’hui, en tant qu’homosexuel qui vient tout juste de faire son coming out, je trouve toujours que je fais preuve d’homophobie." En guise de conclusion, celui qui a été marié à une femme pendant plus de trente ans ne présente pas d’excuses à ceux qui ont participé à son programme :

"Que pouvez-vous retenir de mon changement de vie ? Pas que j’ai fait semblant durant toutes ces années ou que le choix que je fais aujourd’hui était inévitable.

Pas que je renonce à ma foi ou à mon travail passé – même si j’aimerais pouvoir retourner en arrière et changer certaines choses.

Pas non plus que je condamne les mariages entre une personne homosexuelle et une personne hétérosexuelle."

Publicité

Et il conclut : "Si mon coming out pouvait changer une seule chose, autre que ma propre vie, ce serait d’encourager les gens à avoir confiance en leur chemin de vie et continuer sans peur et sans honte – sans faire attention à ce que les autres pourraient penser."

Dans une interview en 2013, aux côtés de son ex-épouse, il expliquait déjà avoir ressenti de l’attirance pour des hommes mais annonçait avoir été "guéri". Aux États-Unis, 700 000 personnes ont déjà été victimes de ce type de thérapie, dont 350 00 mineures. À l’heure actuelle, onze États américains sur les cinquante que compte le pays ont aboli cette pratique.

Par Astrid Van Laer, publié le 25/01/2019

Copié

Pour vous :