Vidéo : Shaparak, condamnée à de la prison en Iran pour avoir retiré son voile

"J'étais une femme ordinaire, je n'étais pas une activiste. À un moment donné, j'ai voulu être entendue."

Elle a été emprisonnée, tabassée et forcée de fuir son pays pour avoir retiré son voile en public. Désormais exilée au Canada, où elle a demandé le droit d’asile, l’activiste iranienne Shaparak Shajarizadeh, qui signe La liberté n’est pas un crime aux éditions Plon, nous raconte son histoire.

Elle revient également sur le mouvement des "mercredis blancs" en Iran, nous raconte les jours passés en prison, à l’isolement, sa grève de la faim et évoque son combat pour le droit des femmes et la libération de son avocate, Nasrin Sotoudeh, qui a été condamnée à pas moins de 38 ans de prison et 148 coups de fouet.

Publicité

Par Astrid Van Laer, publié le 13/03/2020