AccueilDémocratie

Troisième dose, chômage, nucléaire... les principales annonces d'Emmanuel Macron

Publié le

par Clothilde Bru

© Capture écran Facebook Live Emmanuel Macron

Le chef de l'État a pris la parole ce mardi 9 novembre et il avait beaucoup (trop) de choses à dire...

Répondre aux inquiétudes et aux interrogations en matières "sanitaire, économique, sociale et géopolitique". C'était l'ambition d'Emmanuel Macron, annoncée d'entrée de jeu ce mardi 9 novembre à 20h lors de sa prise de parole.

Vaste programme, qui a justifié une intervention longue de près de 30 minutes. C'est la neuvième allocution télévisée du président de la République depuis le début de la pandémie, alors que la campagne présidentielle a déjà démarré pour certain(e)s.

S'il a passé beaucoup de temps à égréner son bilan sanitaire, économique et sociale, Emmanuel Macron a aussi fait quelques annonces plus ou moins attendues.

Tout d'abord, alors que le taux d'incidence et le nombre d’hospitalisations remontent en France comme chez ses voisins, le président a lancé un "appel à l'esprit de responsabilité des 6 millions de Français qui n'ont encore pas reçu de doses de vaccins."

Il a aussi et surtout confirmé qu'il serait nécessaire de faire une troisième dose pour les plus fragiles d'entre nous.

"À partir du 15 décembre, il vous faudra justifier d'un rappel pour prolonger la validité de votre passe sanitaire", a-t-il précisé. Si cette nouvelle dose s'adresse bien aux plus de 65 ans, rien n'indique clairement qu'elle concerne aussi les personnes à risque (même s'il y a tout lieu de le penser).

Par ailleurs, "une campagne de rappel sera lancée à partir du début du mois de décembre pour nos compatriotes âgés de 50 à 64 ans", a-t-il ajouté.

Il a confirmé que le port du masque sera maintenu dans les écoles jusqu'à nouvel ordre, et rappelé l'importance des gestes barrières. Pour rappel, les enfants de moins de 12 ans font l'objet d'une exemption vaccinale.

Emmanuel Macron a également annoncé que les "premiers traitements contre les formes graves de Covid-19" seraient disponibles dès la fin de l'année, sans plus de précision.

Travail, travail, travail

Il va également y avoir du changement en matière de règles d'assurance chômage.

Dès le 1er décembre, il faudra avoir travaillé au moins six mois dans les deux dernières années pour pouvoir être indemnisé, contre quatre aujourd'hui, a expliqué Emmanuel Macron.

"Le travail continue donc d'être notre boussole", a crû bon de préciser le président. On n'a pas eu le temps de compter, mais il a prononcé beaucoup de fois le mot "travail".

Il a également annoncé que les contrôles seraient plus importants. "Les demandeurs d'emploi qui ne démontreront pas une recherche active verront leur allocation suspendue", a-t-il tranché.

"Pôle Emploi passera en revue les centaines de milliers d'offres d'emplois disponibles sans réponse dès les prochaines semaines", a ajouté le président de la République.

Enfin, sous couvert de protection de l'environnement, le chef de l’État a annoncé la relance de la filière nucléaire française.

"Nous allons, pour la première fois depuis des décennies, relancer la construction de réacteurs nucléaires dans notre pays et continuer de développer les énergies renouvelables", a-t-il dit en fin de d'allocution.

La France va donc construire de nouveaux réacteurs nucléaires sur son sol. Pour rappel, Emmanuel Macron s'est fait élire en promettant une réduction à 50% de la part du nucléaire dans la production d'énergie. Et en même temps...

À voir aussi sur news :