AccueilDémocratie

"Singes" et "nègres" : Nicolas Sarkozy fait un parallèle qui ne passe pas

Publié le

par Clothilde Bru

© Capture écran, Quotidien

"Je ne sais plus, on a le droit de dire 'singe' ?"

Nicolas Sarkozy a déclenché des réactions outrées de la part d’une partie de la gauche, qui l’a accusé de racisme jeudi soir, après qu’il a semblé associer les mots "singes" et "nègres".

Invité de l’émission Quotidien de Yann Barthès sur TMC à l’occasion de la sortie de son livre à succès Le Temps des tempêtes, l’ex-président critiquait "cette volonté des élites, qui se pincent le nez, qui sont comme les singes qui n’écoutent personne", lorsqu’il s’est interrompu pour dire avec ironie : "Je ne sais plus, on a le droit de dire 'singe' ?" et d’enchaîner : "Parce que… On n’a plus le droit de dire les… On dit quoi ? 'Les dix petits soldats' maintenant ? C’est ça ? Ouais… Elle progresse la société !", en raillant la suppression du mot "nègres" dans l’un des romans d’Agatha Christie.

"On a peut-être le droit de dire 'singe', sans insulter personne", a-t-il ensuite ajouté.

L’ex-chef de l’État faisait référence au roman policier Dix petits nègres, l’un des livres les plus lus et vendus au monde, qui vient d’être réédité et rebaptisé en français Ils étaient dix, avec le mot "nègres" remplacé par "soldats" dans le livre.

Il critiquait "cette petite partie des élites qui se regardent dans une glace" sans s’adresser au reste de la population.

Ces déclarations ont immédiatement suscité l’ire de responsables politiques de gauche. "Le plus gênant dans cette séquence, c’est la rapidité avec laquelle son cerveau associe le mot 'singe' au mot 'nègre'", a dénoncé le député et numéro deux de LFI Adrien Quatennens sur Twitter.

Pour le chef du Parti socialiste Olivier Faure sur Twitter, les propos d'"un ancien président de la République française [qui] associe spontanément les singes aux 'nègres'" démontrent un "racisme sans masque", tandis que l’ex-candidate PS à la présidentielle Ségolène Royal estime que "c’est hélas dans la droite ligne de son lamentable discours de Dakar" de 2007, où il avait affirmé que "l’homme africain" n’était "pas suffisamment entré dans l’Histoire".

Proche de l’ancien président, l’ex-ministre Rachida Dati a nié qu’il puisse "avoir une once de racisme" : Nicolas Sarkozy avait accueilli Barack Obama "avant même que quiconque puisse imaginer qu’il puisse devenir un jour président", "il était pour la discrimination positive, pour le droit de vote des étrangers", a-t-elle fait valoir sur BFM TV et RMC.

Nicolas Sarkozy a pour sa part relayé des extraits de l’émission diffusés par Quotidien sur le réseau social : le premier où il dit son admiration pour Aimé Césaire, "un homme tout à fait remarquable", le second où il déclare qu'"il n’y a rien qui se démode plus que le nouveau monde".

Konbini news avec AFP

À voir aussi sur news :