AccueilDémocratie

Remaniement : Emmanuel Macron nomme Jean Castex au poste de Premier ministre

Publié le

par Lila Blumberg

Ludovic MARIN / AFP

Vous le connaissez peut-être sous le nom de "monsieur déconfinement".

Après avoir annoncé la démission du gouvernement vendredi matin, l’Élysée a annoncé la nomination de Jean Castex comme remplaçant d’Édouard Philippe et l’a chargé de former un nouveau gouvernement.

Peu connu du grand public, le maire (LR) de Prades avait été nommé "monsieur déconfinement" au début du mois d’avril pour préparer l’organisation de la sortie du confinement. Le haut fonctionnaire est un ex-collaborateur de Nicolas Sarkozy et avait été nommé, en 2017, délégué interministériel aux Jeux olympiques et paralympiques de 2024 à Paris

"Un vrai couteau suisse"

"C’est un vrai couteau suisse, il a des connexions un peu partout, il sait faire ce qu’il faut faire au bon endroit", assure Franck Louvrier, l’ancien conseiller de Nicolas Sarkozy. 

Directeur de l’hospitalisation au ministère des Solidarités en 2005-2006, il devient ensuite directeur de cabinet de Xavier Bertrand à deux reprises, d’abord au ministère de la Santé (2006-2007) puis au Travail (2007-2008). 

"Le premier plan pandémie, c’est Jean Castex qui est dircab" à l’époque du virus H5N1, rappelle Xavier Bertrand, en louant "les idées claires et le franc-parler" du nouveau locataire de Matignon.

"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement"

Rue de Grenelle, il a aussi eu à gérer des dossiers délicats, notamment le service minimum dans les transports et la réforme des régimes spéciaux de retraite. Il laisse à l’époque chez ses interlocuteurs des centrales syndicales le souvenir d’un homme "disponible" et "avenant", même s’il "cache une certaine fermeté". "Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", soulignait alors ce membre de la cour des Comptes.

Jean Castex a soutenu la candidature de François Fillon

À deux ans de la présidentielle, sa nomination "présente beaucoup d’avantages pour Macron" et "il se dit qu’il peut ainsi aussi embêter Xavier Bertrand", souligne-t-on dans l’entourage du patron ex-LR des Hauts-de-France, dont le nom revient régulièrement pour représenter la droite en 2022.

Membre des Républicains, Jean Castex soutient la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès d’automne 2012. Mais ce père de quatre filles, qui a gardé l’accent de son Gers natal, sait aussi se ménager des appuis à La République en marche : son nom avait un temps circulé fin 2018 pour succéder à Gérard Collomb au ministère de l’Intérieur.

Konbini news avec AFP

À voir aussi sur news :