AccueilDémocratie

Pour un député RN, "nos ancêtres les Gaulois" devient "vos ancêtres les Maliens"

Publié le

par Astrid Van Laer

MP of the Front National (FN) far-right party Ludovic Pajot attends a press conference by FN president on the anti-terrorism bill on the day of its review by the parliament, on October 3, 2017 at the French national assembly in Paris. – The French parliament is due to decide on a controversial anti-terror bill.
The bill, if approved, will endorse exceptional powers, currently granted to the police as part of the state of emergency. (Photo by JACQUES DEMARTHON / AFP)

"On a préféré le 'vivre ensemble' au 'vivre en France'", a-t-il argué.

Ludovic Pajot, le 3 octobre 2017. (© Jacques Demarthon/AFP)

L’histoire de France serait "déconstruite méthodiquement" : c’est ce qu’a laissé entendre Ludovic Pajot, député Rassemblement national (RN) du Pas-de-Calais, mardi dans l’hémicycle. Alors que le projet de loi "pour une école de la confiance" proposé par le ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer est actuellement débattu, cette intervention a provoqué quelques huées.

"Depuis plusieurs années, nous assistons à une déconstruction méthodique de l’histoire de France avec sa réécriture dans les manuels scolaires", a-t-il débuté, avant d’évoquer une "plume bien-pensante, culpabilisatrice, européiste et mondialisée" à l’origine de la rédaction des livres d’histoire.

"Exit l’étude du roman national, au diable les grands hommes, à la poubelle Clovis, François Ier, Napoléon", s’est désolé le député, avant de lancer :

"Le célèbre 'nos ancêtres les Gaulois' a été remplacé par 'vos ancêtres maliens, sénégalais, ottomans', avec des conséquences dramatiques pour l’unité nationale."

"À trop vouloir cultiver les différences de chacun, on a préféré le 'vivre ensemble' au 'vivre en France'", a-t-il enfin ajouté, sous les soupirs de plusieurs élus.

Des propos qui ont provoqué la réaction du député Gauche démocrate et républicaine Jean-Philippe Nilor, qui s’est dit "stupéfait et triste", lui rappelant : "Si vous connaissiez l’histoire de France, vous sauriez que vos ancêtres ne sont pas exclusivement gaulois." Et d’ajouter : "Pour ma part, je suis fier d’avoir des ancêtres gaulois, mais aussi des ancêtres sénégalais et maliens. Pourtant, ma place est ici, dans cet hémicycle !"

À voir aussi sur news :