AccueilDémocratie

Déclaration de politique générale : ce qu'il faut retenir du grand oral de Jean Castex

Publié le

par Clothilde Bru

© MARTIN BUREAU / AFP

Plan vélo, repas à 1 euro pour les étudiants boursiers, priorité absolue à la lutte contre le chômage...

Après l’entretien télévisé d’Emmanuel Macron mardi 14 juillet, c’était au tour de Jean Castex de se confronter à son (tout premier) grand oral. Mercredi 15 juillet, le nouveau Premier ministre présentait devant l’Assemblée nationale sa feuille de route pour les mois à venir, alors que le pays reste aux prises avec une crise sanitaire dont on peine à mesurer les conséquences économiques.

Lors de cette déclaration de politique générale devant les députés de l’Assemblée, le nouveau Premier ministre a assuré que la lutte contre le chômage serait "la priorité absolue du gouvernement pour les 18 prochains mois", en précisant que les jeunes constituaient la première urgence.

Ce dernier a également donné sa vision quant à la direction que prendra son gouvernement en matière d’écologie. S’il a affirmé croire "en la croissance écologique", mais "pas à la décroissance verte", il a également annoncé un plan de 20 milliards d’euros pour l’environnement. À titre de comparaison, il a annoncé un plan de relance de 40 milliards d’euros pour l’industrie.

Jean Castex a dit vouloir "faire de l’économie française la plus décarbonée d’Europe". Ces 20 milliards d’euros serviront à "la rénovation thermique des bâtiments, [à] réduire les émissions des transports et de nos industries, [à] produire une alimentation plus locale et durable, [à] soutenir les technologies vertes de demain comme les batteries, [à] mieux recycler et moins gaspiller", a-t-il précisé.

Pas de hausse d’impôts

Dans le détail, le Premier ministre a évoqué "un plan vélo très ambitieux", ainsi qu’un plan massif de rénovation urbaine concernant 450 quartiers de l’Hexagone, avec pour objectif de voir les travaux effectivement commencer dans 300 d’entre eux d’ici 2021.

À retenir également, la mise en place de repas à 1 euro pour les étudiants boursiers dès la rentrée prochaine, contre 3,30 euros aujourd’hui. L’allocation de rentrée scolaire sera également revalorisée de 100 euros. Destinée aux parents d’enfants à revenus modestes, elle allait jusqu’alors de 368,84 euros à 402,67 euros selon leur âge.

Le Premier ministre a également annoncé un plan d’investissement de six milliards d’euros dans le système de santé, en plus des 13 milliards d’euros déjà promis par le gouvernement. "Notre système de santé a été rudement mis à l’épreuve au cours de la crise [due au Covid-19] et justifie aujourd’hui" cet "investissement inédit", a-t-il expliqué.

Enfin, Jean Castex s’est montré très clair en matière de fiscalité. Il n’y aura pas d’austérité budgétaire, pas plus qu’une hausse des impôts pour résorber la dette. "Il n’est pas envisageable, dans le contexte que nous traversons, de demander aux Français un effort fiscal supplémentaire", a expliqué l’ancien maire de Prades.

À noter également "un projet de loi contre les séparatismes", qui sera présenté en Conseil des ministres à la rentrée. Le but ? "Lutter contre l’islamisme radical sous toutes ses formes", a-t-il précisé, sans donner plus de détails.

À voir aussi sur news :