AccueilDémocratie

"Je suis du terrain, et pas eux" : on a discuté avec Stéphane Ravacley, boulanger et candidat aux législatives

Publié le

par Eve Chenu

L’artisan qui s’était battu pour la régularisation de son apprenti guinéen explique pourquoi il a décidé de faire ses débuts en politique.

"Je suis du terrain, et pas eux" : on a discuté avec Stéphane Ravacley, boulanger et candidat aux législatives

© SEBASTIEN BOZON / AFP

Stéphane Ravacley, boulanger de 53 ans à Besançon, est candidat aux élections législatives dans la 2e circonscription du Doubs. L’artisan, connu pour avoir mené une grève de la faim contre l’expulsion de son apprenti ainsi que pour son engagement en faveur de l’Ukraine, espère contribuer au renouvellement de la sphère politique :

"Les élus ne sont pas représentatifs de la société civile : on n’a pas d’ouvriers, pas d’infirmières, on n’a pas de bouchers. Je viens du terrain et je ressemble à 98 % de la population. Je vais apporter cette représentation et une autre voix."

Une volonté née de son combat pour la régularisation de la condition de Laye Fodé Traoré, son apprenti :

"Il y a un an, lorsque j’ai fait ma grève de la faim, nous avons fait une proposition de loi avec le sénateur Durain pour préserver les apprentis. Lorsqu’elle a été débattue, j’ai été invité à l’Assemblée nationale et c’est là que je me suis dit qu’il y avait un gros problème car j’entendais beaucoup de contre-vérités. Moi, j’étais du terrain et pas eux. Donc je me suis dit qu’il fallait peut-être rentrer dans l’appareil pour pouvoir contrôler et changer certaines choses."

S’il est élu, le candidat de la Nouvelle Union populaire écologiste et sociale (NUPES) rejoindra le groupe Europe Écologie-Les Verts à l’Assemblée. Il y défendra plusieurs projets :

"J’aimerais protéger nos jeunes, c’est-à-dire les jeunes issus de l’ASE. Il y a certains départements qui vont jusqu’à 21 ans pour les protéger mais, 98 % du temps, on les jette à leurs 18 ans. […] Moi, je voudrais qu’ils soient protégés jusqu’à 25 ans, pour qu’on puisse les guider dans un projet professionnel dans lequel ils pourront s’épanouir. On sait que 40 % des SDF en France proviennent de l’ASE. Nous, nos jeunes, ils ne partent pas à 18 ans de chez nous : ils partent à 21, 22 ou 25 ans, quand ils ont terminé leur cursus scolaire. Pourquoi les choses devraient-elles être différentes pour eux ?"

La protection du monde paysan avec une écologie adaptée est également au centre de ses préoccupations, tout comme la sauvegarde des petites et moyennes entreprises dans les villes et villages, par le circuit court.

Le candidat l’assure : une fois élu, sa parole restera "juste et libre". Il confie d’ailleurs regretter que certains profils de la société civile aient été écartés de ces législatives :

"Une partie de la société civile se lève enfin par rapport aux élections. Je pense notamment à Sanaa Saitouli, une jeune femme, mère de trois enfants, issue des quartiers, qui a repris ses études et a désormais un bac +5. Elle voulait partir aux législatives et, malheureusement, l’Union lui a préféré quelqu’un d’autre. Pourtant, si l’on veut vraiment changer la politique, il faut écouter cette société civile encore trop invisible."

À voir aussi sur news :