AccueilDémocratie

Présidentielle américaine : plusieurs chaînes ont interrompu le discours de Trump

Publié le

par Lisa Drian

© Brendan Smialowski / AFP

Elles estimaient que le président faisait de la désinformation.

Donald Trump l’assure, il va gagner l’élection sauf si les démocrates lui volent la présidentielle. Dans une allocution, jeudi soir, la première depuis la nuit de l’élection présidentielle, plusieurs télévisions américaines ont décidé d’interrompre le discours du président. La raison : les chaînes américaines estimaient que Donald Trump faisait de la désinformation. MSNBC a très vite cessé sa diffusion en direct.

Donald Trump crie à la fraude

"Si vous comptez les votes légaux, je gagne facilement. Si vous comptez les votes illégaux, ils peuvent essayer de nous voler l’élection", a affirmé le président américain, lors d’une conférence de presse à la Maison-Blanche. Donald Trump a revendiqué la victoire dans la nuit de mardi à mercredi sans aucune preuve tangible. "Nous avons gagné avec des scores historiques et les sondeurs se sont délibérément trompés", a-t-il affirmé, rappelle l’AFP.

Interruption et rectification pour les chaînes américaines

Très vite, les chaînes américaines décident d’interrompre l’allocution présidentielle : "Bon, nous voilà encore dans la position inhabituelle de [devoir] non seulement interrompre le président des États-unis, mais aussi de corriger le président des États-Unis", a lâché le présentateur, Brian Williams.

NBC News et ABC News ont elles aussi interrompu la diffusion de cette conférence de presse. Le président a d’ailleurs quitté le pupitre sans prendre les questions des journalistes. La chaîne de télévision CNN a, quant à elle, décidé de ne pas couper le micro à Donald Trump, mais son présentateur vedette Jake Tapper a enchaîné avec une condamnation sans appel du chef de l’État : "Quelle triste nuit pour les États-unis d’Amérique de voir leur président […] faussement accuser les gens d’essayer de voler l’élection", a-t-il déclaré, en fustigeant un "tissu de mensonges".

Konbini news avec AFP

À voir aussi sur news :