© Youtube / Juan Branco

La vidéo où Juan Branco semble prédire la chute de Benjamin Griveaux

"Le voir nu dans sa laideur."

C’est une vidéo mystérieuse, tournée dans une atmosphère tout aussi mystérieuse, qui refait surface aujourd’hui. Au milieu d’un long message enregistré en juillet 2019, l’avocat et militant Juan Branco tient des propos qui passent aujourd’hui pour prémonitoires.

C’est Paris Match qui a déniché ces images sur YouTube, au cours d’une très large enquête visant à mieux cerner le profil de Juan Branco. C’est son lien avec l’action menée par l’artiste et activiste russe Piotr Pavlenski qui intéresse beaucoup la presse.

Publicité

Si le premier assure n’être que l’avocat du second, cette version n’a pas convaincu le bâtonnier de Paris. Juan Branco a finalement décidé de se retirer de la défense de l’artiste subversif, qui a rendu publique une vidéo à caractère sexuel mettant en scène Benjamin Griveaux, candidat La République en marche à la mairie de Paris.

Pour en revenir à ce nouvel enregistrement baptisé "Aux armes de l’esprit", il dure une vingtaine de minutes qui s’ouvrent sur la défense de Crépuscules, son pamphlet contre le pouvoir en place.

Benjamin Griveaux, le "lâche"

Publicité

Très vite, il mentionne Benjamin Griveaux, le "couard", le "lâche". Mais il faut avancer un peu, jusqu’à 11 minutes, pour entendre ce qui a fait frémir Paris Match, qui titre carrément "La vidéo où Branco se trahit". Morceau choisi :

"[La Macronie] n’attend qu’une chose, de tout rafler lors des municipales. J’ai volontairement laissé fuiter l’idée qu’une candidature pourrait intervenir et que l’enfant chéri de la Macronie, un certain Benjamin Griveaux, pourrait de ce fait chuter.

Car il ne s’agirait pas tant de vaincre que de l’écraser en lui renvoyant sa morgue, son mépris, son incompétence et son inanité. En le forçant à une confrontation qui, au-delà des petits jeux oligarchiques, auxquels se prête avec tant d’entrain Anne Hidalgo, forcerait à le voir nu, dans sa laideur."

"Le voir nu dans sa laideur" : à l’aune du scandale qui a éclaboussé Benjamin Griveaux, ces quelques mots prennent une dimension particulière.

Publicité

Le 14 février dernier, l’ex-porte-parole du gouvernement s’est retiré de la course à la mairie de Paris après qu’une vidéo à caractère sexuel a été publiée par Piotr Pavlenski dans le cadre de son projet "Pornopolitique". Enregistrée en 2018, cette vidéo était à destination d’Alexandra de Taddeo, qui est aujourd’hui la compagne de l’activiste russe.

Cette nouvelle vidéo est-elle la preuve que Juan Branco est impliqué dans le scandale, comme le suspectent certains observateurs ? Sur Twitter, ce dernier s’est contenté d’un sibyllin "Fou rire garanti", flegmatique. Il a même republié ladite vidéo au passage.

Publicité

Un commentaire qu’il a réitéré à l’intention d’un article de Marianne qui analyse son discours et y voit la preuve qu’il est mêlé de beaucoup plus près qu’il ne l’avoue à cette affaire.

Quoi qu’il en soit, la réapparition d'"Aux armes de l’esprit" pose de nombreuses questions. Selon Paris Match, cette vidéo était "non répertoriée" sur YouTube. Qui avait encore accès à ce lien ? Pourquoi le faire resurgir ? Enfin, si l’enregistrement était incriminant pour Juan Branco, pourquoi ne l’a-t-il pas tout bonnement supprimé ?

Par Clothilde Bru, publié le 27/02/2020