AccueilDémocratie

La télévision chinoise floute les marques occidentales critiques du sort des Ouïghours

Publié le

par Pauline Ferrari

© Participants de l’émission Chuang 2021, capture d’écran Tencent

H&M, Nike, Adidas… Leur logo est flouté par la télévision chinoise.

Des T-shirts aux chaussures, des carrés troubles inondent l’écran : dans les émissions de variété de la télévision chinoise, les logos de certaines marques occidentales sont floutés en signe de boycott, a remarqué la BBC il y a quelques jours. Les internautes ont remarqué que dans les émissions populaires de téléréalité Sisters Who Make Waves et Youth With You, les marques occidentales apparaissant sur les candidats avaient été floutées par la production. 

Un processus de post-production qui a même retardé la diffusion de certaines émissions, le travail de floutage étant titanesque pour des émissions qui comptent parfois une cinquantaine de candidats. H&M, Nike, Adidas, Uniqlo, Zara : les marques en question font l’objet de boycott en Chine depuis plusieurs mois, leurs boutiques en ligne étant parfois bloquées dans le pays. 

Ce boycott s’opère dans le cadre d’un conflit ouvert entre la Chine et les marques occidentales quant aux critiques sur le sort des Ouïghours, cette minorité musulmane dont le travail forcé servirait à la production de coton. Les États-Unis ainsi que d’autres gouvernements occidentaux ont intensifié leur pression sur la Chine au sujet de violations présumées des droits de l’homme dans la région du nord-ouest du Xinjiang, où se situent les Ouïghours. 

En Chine, une "campagne du coton" contre les accusations occidentales

La Chine a débuté le mois dernier une "campagne du coton" pour soutenir la production faite dans la province du Xinjiang, boycottant au passage les marques occidentales. Ces dernières se sont dites "préoccupées" par divers rapports d’ONG faisant état de l’internement, du travail forcé et de la violation des droits humains à l’encontre des Ouïghours dans des camps installés dans la province. Certaines marques se sont même engagées à ne plus se fournir en coton provenant de cette région. 

Des décisions qui ont provoqué des indignations massives en ligne : des célébrités chinoises ont publiquement rompu leurs liens avec les marques occidentales et exprimé leur soutien au coton du Xinjiang. Un conflit qui ne se joue pas qu’en Chine : une internaute a remarqué le même processus de floutage sur la chaîne hongkongaise TVB, réputée proche du Parti communiste chinois.

Depuis plusieurs mois, de nombreux documents et témoignages proviennent de la minorité musulmane pour alerter sur son sort dans la province du Xinjiang. Selon des études américaines et australiennes, au moins un million de Ouïghours ont été internés dans des camps, certains soumis à du travail forcé ou à des stérilisations forcées.

En février dernier, devant le Conseil des droits de l’Homme de l’ONU, le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian avait dénoncé un "système de répression institutionnalisé" de la Chine à l’encontre des musulmans ouïghours. Depuis plusieurs mois, Pékin nie ces accusations, affirmant que les camps cités sont des "centres de formation professionnelle" destinés à éloigner les Ouïghours de l’extrémisme religieux.

À voir aussi sur news :