Capture LCI

"Je dis aux hommes : violez les femmes", la nouvelle sortie polémique d'Alain Finkielkraut

Sous couvert de second degré, le polémiste a tenu des propos qui dérangent.

Le mercredi 13 novembre, l’objet de l’émission La Grande Confrontation, animée par David Pujadas sur LCI, était : "Toutes les opinions sont-elles bonnes à dire ?" Au lendemain de sa diffusion, le débat continue sur Twitter après que le philosophe Alain Finkielkraut s’est lancé dans une diatribe sur le viol.

Alors que la discussion tournait autour du thème "Peut-on rire de tout ?", avec en préambule le sketch de Jean-Marie Bigard sur le "lâcher de salopes", ou encore la blague de Tex sur les violences conjugales, la militante féministe Caroline de Haas a fermement condamné l’humour sexiste.

Publicité

"Ils ne peuvent ignorer que quand ils tiennent ce genre de propos, ils banalisent de fait les violences", analyse la militante du collectif Nous toutes.

"Violez, violez, violez ! Je dis aux hommes : violez les femmes. D’ailleurs, je viole la mienne tous les soirs", la coupe alors le philosophe, grand habitué des provocations les plus nauséabondes.

Caroline de Haas réclame des excuses

"Vous n’avez pas le droit de dire ça !", réplique-t-elle. Puis David Pujadas tente de tempérer le débat, en arguant que c’était du second degré. La séquence où le philosophe éructe a été partagée sur le compte Twitter de Nous toutes. En quelques heures, elle a été visionnée plusieurs dizaines de milliers de fois et a suscité de nombreux commentaires.

Publicité

Publicité

Caroline de Haas est également revenue sur la polémique sur Twitter.

Publicité

Depuis, le débat se poursuit sur Internet, entre ceux qui y voient de l’humour (et dénoncent l’aspect tronqué de la séquence) et ceux qui considèrent que tenir ce genre de propos est inadmissible.

Pour Caroline de Haas, contactée par Konbini news, il n’y a pas de second degré possible pour ce genre de propos : "J’aimerais qu’on m’explique dans quel foutu contexte dire 'je viole ma femme tous les soirs' est acceptable."

Quant à savoir si Alain Finkielkraut devrait être condamné, la militante ajoute : "Il devrait s’excuser." Par ailleurs, de nombreux internautes ont tagué le CSA sur Twitter pour qu’il sanctionne la chaîne.

Alain Finkielkraut n’était pas joignable à l’heure où nous avons publié cet article.  

Par Clothilde Bru, publié le 14/11/2019

Copié

Pour vous :