© Philippe LOPEZ / AFP

featuredImage

Grand débat : la moitié des contributions n’a pas été consultée

Quant au nombre de participants, il aurait été gonflé.

La grande consultation du grand débat national s’est achevée et les participations des citoyens ont été épluchées. L’exécutif a commencé la restitution de celles-ci, mais visiblement, pas de toutes.

C’est ce qu’a révélé Franceinfo ce vendredi, après avoir épluché les synthèses réalisées par le cabinet de conseil Roland Berger, qui a analysé toutes les propositions.

Si les contributions en ligne ont toutes été traitées par le gouvernement, ce n’est pas le cas de toutes les formes de contributions. Les Français qui le souhaitaient pouvaient en effet envoyer des mails, remplir des cahiers de doléances ou bien participer à des réunions locales. D’après Franceinfo, parmi ces contributions physiques, moins d’une sur deux a été prise en compte !

Malgré cela, le gouvernement estime que cette méthodologie est valable, puisqu’elle a été validée par les garants du grand débat.

De surcroît, le nombre de participants aurait été gonflé par l’exécutif. Le gouvernement avait annoncé 1,5 million de participations, tandis que le chiffre serait vraisemblablement plus proche d’1,2 million, toujours selon Franceinfo.

Enfin, Franceinfo a noté "quelques accommodements, voire distorsions de vérités" dans le discours du gouvernement et en veut pour preuve la question de la suppression de l’ISF. Tandis que le ministre chargé des Collectivités territoriales, Sébastien Lecornu, avait assuré le 7 avril que "les sujets dont on a entendu le plus parler au début, notamment l’ISF ou le référendum d’initiative citoyen, se sont progressivement dilués avec d’autres préoccupations", la réalité serait toute autre.

Cette question, qui a fait couler beaucoup d’encre ces derniers mois, serait en réalité "la proposition la plus citée" parmi les contributions physiques des citoyens.

Par Astrid Van Laer, publié le 12/04/2019

Copié