(c) JACQUES DEMARTHON / AFP

Gilets jaunes : "attaquée personnellement", Priscillia Ludosky se désolidarise d’Éric Drouet

Dans un long post Facebook, la gilet jaune explique avoir été "personnellement attaquée."

(© JACQUES DEMARTHON / AFP)

C’était un duo emblématique de la contestation des gilets jaunes. Au fil des semaines, Éric Drouet et Priscillia Ludosky sont devenus les visages de la "France en colère". Aujourd’hui rien ne va plus entre ces deux leaders du mouvement.

Publicité

Ce lundi 14 janvier, la jeune femme a posté un long message sur sa page Facebook dans lequel elle dénonce les agissements de son ancien acolyte.

"Depuis des jours il menace les membres du groupe de travail duquel je fais partie afin que l’on modifie le nom de la page 'La France en Colère' sur les conseils de son avocat qui prétend que cela serait plus protecteur pour sa famille et lui."

Publicité

"Intimidation", "menaces", "mensonges", "harcèlement"… la coupe est pleine pour Priscillia Ludosky qui affirme sortir du bois, parce que cette fois-ci elle a été "personnellement attaquée".

Si elle reste sibylline sur l’ampleur des agissements d’Éric Drouet, elle semble vouloir se désolidariser de son homologue depuis plusieurs semaines :

"Je suis enfin libre de pouvoir dire que je ne travaille plus avec Éric Drouet depuis des semaines en raison de son comportement et je compte quand tout sera terminé expliquer tout ce qu’il a pu faire pour nuire au mouvement."

Publicité

Que s’est-il donc passé entre les deux gilets jaunes ?

C’est l’appellation "La France en colère" qui a semé la zizanie. En fait il y a deux entités qui portent ce même nom… à trois points d’exclamation près. D’un côté le groupe "la France en colère !!!" créé par Éric Drouet selon lui "il y a cinq-six mois", de l’autre la page Facebook "La France en colère, qui serait gérée par Priscillia Ludosky et Maxime Nicolle, autre figure emblématique du mouvement.

Éric Drouet voudrait que Priscillia Ludosky et Maxime Nicolle changent le nom de la page afin de se prémunir de potentielles poursuites judiciaires.

Publicité

Sur ce point-là Éric Drouet et Priscillia Ludosky sont d’accord. C’est sur la méthode que les versions divergent. Si Priscillia Ludosky affirme avoir été menacée, Éric Drouet s’est expliqué calmement quelques minutes plus tard dans un premier live Facebook.

"Je leur ai juste demandé de changer le nom pour me protéger," explique-t-il, arguant que les communiqués partagés par la page Facebook La France en colère lui portent préjudice. "Je souhaite le meilleur à tout le monde," ajoute-t-il tout en confirmant que lui, Maxime Nicolle et Priscillia Ludosky allaient continuer leur route séparément.

De son côté Maxime Nicolle, plus connu sous le nom de Fly Rider, a partagé le post de Priscillia Ludosky sur sa page Fly Rider info blocage. Cela pourrait laisser entendre qu’il soutient sa démarche ? Pas du tout, si on en croit le principal intéressé contacté par Konbini news.

Il insiste : "Je l’ai relayé parce que c’est une information en soi. Je relaie les posts des deux." Et d’ajouter : "Ce sont deux équipes différentes qui se battent pour les mêmes trucs."

Sur le fond, il se refuse à tout commentaire : "Ma priorité, c’est ce qui se passe sur les ronds points depuis le 17 novembre." Dans un second live publié plus tard dans l’après-midi Éric Drouet s’est encore affiché en bon camarade : "J’espère que Priscillia et Fly retrouveront la bonne voie du mouvement. En tout cas moi de mon côté je ne leur en veux pas."

Par Clothilde Bru, publié le 14/01/2019

Copié

Pour vous :