© BERTRAND GUAY / AFP

François Hollande "regrette" de ne pas s’être représenté en 2017

"Je n'aurais peut-être pas été élu, mais j'aurais défendu mon bilan", a déclaré l'ancien président.

À l’approche des élections européennes qui se tiennent dimanche prochain, François Hollande se fait de plus en plus présent dans les médias. L’ancien chef de l’État a notamment pris la parole pour apporter son soutien à la liste de Raphaël Glucksmann, "Envie d’Europe".

Invité sur RMC ce matin, il a témoigné de son inquiétude de ne voir aucun eurodéputé socialiste siéger au parlement après le scrutin, déclarant : "ce serait extrêmement grave, pas simplement pour les socialistes et pour la gauche, ce serait extrêmement grave pour la France". Et d’ajouter :

Publicité

"Comment pourrait-on imaginer que le parti de François Mitterrand, de Lionel Jospin, le parti de François Hollande, pardon de parler à la troisième personne, que ce parti-là ne soit pas présent au sein du Parlement européen ?"

Il en a également profité pour commenter la politique de son successeur Emmanuel Macron, politique qui manque selon lui d'"humanité".

À la question de Jean-Jacques Bourdin "vous avez pris votre décision un peu vite ?" concernant sa décision de ne pas concourir à un second mandat, il a répondu : "sans doute, parce que j’avais promis de la donner au mois de décembre 2016, j’aurais pu attendre quelques semaines", poursuivant :

Publicité

"mais je voulais surtout conjurer la menace d’un duel entre la droite et l’extrême droite, c’est ça qui m’a déterminé et je n’ai pas suffisamment mesuré les conséquences que ça pouvait avoir sur la gauche."

"Je n’aurais peut-être pas été élu, mais j’aurais défendu mon bilan", a-t-il enfin conclu.

Publicité

Par Astrid Van Laer, publié le 22/05/2019

Copié

Pour vous :