© Twitter

En campagne, Michael Bloomberg rachète tous les mots-clés liés au climat sur Google

Rien que ça !

Si un Américain effectue des recherches sur Google telles que "climate", "climate change", "climate collapse", "global warming" ou encore "climate crisis", le premier résultat affiché le renverra directement vers… le site de campagne de Michael Bloomberg. Et pour cause : ce dernier n’a pas hésité à acheter tous les mots-clés liés au climat, rien que ça.

Le milliardaire, ancien maire de New York, a annoncé le 24 novembre dernier son intention d’être candidat à la primaire démocrate en vue de l’élection présidentielle à laquelle Donald Trump espère briguer un nouveau mandat. Il le sait, le climat est un enjeu politique majeur et Donald Trump adopte régulièrement des postures climatosceptiques. Il a donc choisi de tout miser sur l’exact opposé et de se poser en ardent défenseur de la question climatique.

Publicité

Et pour cela, la quatorzième fortune mondiale n’a donc pas hésité à débourser de l’argent pour le faire savoir. C’est la journaliste américaine Kate Aronoff qui est à l’origine de cette déroutante découverte. "Fun fact : à chaque fois que je tape une recherche sur Google en rapport avec le mot 'climat', le premier résultat est toujours le site de campagne de Michael Bloomberg", a-t-elle tweeté, avant d’interroger : "Est-ce que ça arrive à d’autres personnes que moi ou je suis la seule à être maudite ?"

De nombreux internautes lui ont répondu, indiquant être dans un cas similaire, tels que : "C’est vraiment désagréable et ça illustre le problème des publicités qui peuvent se retrouver en haut des recherches Google."

Publicité

Publicité

Certains internautes ont remarqué une opération similaire avec l’expression "gun control", qui renvoie également au site de campagne de Michael Bloomberg. Tandis que ceux qui ont essayé avec d’autres moteurs de recherche tels que Bing ou Ecosia n’ont, semble-t-il, pas rencontré ce problème.

Publicité

Résultat donc, dès qu’un internaute américain cherchera à obtenir des informations autour du climat, il sera renvoyé automatiquement et premièrement aux positions du candidat. Bien que cela pose de gros problèmes concernant la neutralité des géants du Web, certains n’ont pas hésité à ironiser et à moquer le candidat :

 

Pour l’heure, Donald Trump, qui le surnomme "Mini Mike Bloomberg", n’a pas encore réagi à la stratégie de son opposant. Le président américain achète pour sa part des espaces publicitaires sur la plateforme Snapchat. En effet, en septembre dernier, le réseau social avait pris la décision de publier une liste des publicités et campagnes politiques menées sur sa plateforme et le Républicain y figurait en très bonne place.

Par Astrid Van Laer, publié le 04/12/2019

Copié

Pour vous :