(c) PASCAL GUYOT / AFP

À la recherche d’Emmanuel Macron, des gilets jaunes tentent de prendre le fort de Brégançon

Ils soupçonnaient Emmanuel Macron d’y passer ses vacances.

Les révolutionnaires de 1789 avaient pris la Bastille, les gilets jaunes de 2018 se sont lancés à l’assaut du fort de Brégançon. Jeudi 27 décembre en fin de journée, une quarantaine de personnes vêtues du désormais célèbre vêtement de sécurité routière ont tenté de prendre le fort médiéval connu pour être le lieu de villégiature privilégié de la présidence française.

Publicité

Var-Matin raconte dans le détail la débâcle de la petite équipée. Le rendez-vous avait été donné sur Facebook. Hier en milieu d’après-midi, plusieurs dizaines de gilets jaunes se sont donc retrouvées sur le parking du casino de la ville de Bormes-les-Mimosas où se trouve le fort. "Aujourd’hui, nous allons prendre Brégançon", aurait assuré l’un d’entre eux, optimiste. D’abord encadré par des policiers, le convoi de voitures est finalement stoppé alors qu’il progresse sur la seule route permettant d’accéder au fort.

Les manifestants auraient alors tenté de rallier la résidence d’État à travers champs, vignes ou encore forêts. Mais à quelques mètres de leur cible, plusieurs dizaines de membres des forces de l’ordre les ont contraints à rebrousser chemin dans le calme. S’ils avaient juré de revenir aujourd’hui, tout semble s’être passé calmement selon l’Office du tourisme de Bormes-les-Mimosas contacté par Konbini News.

Aucune consigne particulière de sécurité n’avait d’ailleurs été donnée. Quant à savoir si le président de la République est bien derrière ces murs, le mystère reste entier. Contacté par l’AFP, l’Élysée a refusé de révéler le lieu de vacances des Macron en ces fêtes de fin d’année.

Publicité

Par Clothilde Bru, publié le 28/12/2018

Copié

Pour vous :