© Marco Ravagli / AFP

Crise franco-italienne : Maxime Nicolle organise un rassemblement de gilets jaunes en Italie

Les gilets jaunes continuent de s’exporter.

© Marco Ravagli / AFP

Dans un message on ne peut plus clair posté hier sur le groupe "Fly Rider infos blocage", Maxime Nicolle invitait les personnes qui le suivent à se rendre dans la ville de San Remo ce vendredi 8 février :

Publicité

"Suite aux différends entre les gouvernements italien et français qui a rappelé son ambassadeur chose qui n’as pas été vue depuis la Seconde guerre mondiale, nous allons demain à 14 heures dans la ville de Sanremo en Italie où se passe actuellement l’équivalent du Festival de Cannes pour montrer que le contact du gouvernement Italien avec la liste d’Ingrid Levavasseur n’est en rien représentatif du mouvement des gilets jaunes et que les citoyens français et italiens sont unis dans la galère de tous les jours !!!"

Ils étaient donc une vingtaine de gilets jaunes français et italiens rassemblés cette après-midi à Sanremo, pour "discuter" et militer pour "l’Europe des peuples", a constaté l’AFP.

"On a improvisé ce rassemblement pour rencontrer des gilets jaunes italiens. Eux, ils ont le Mouvement 5 étoiles et ce qu’ils m’expliquent, c’est qu’il était censé être anticapitaliste, et ça ne se passe pas comme prévu", a déclaré par téléphone à l’AFP Maxime Nicolle, alias "Fly Rider."

Publicité

Ce rassemblement fait suite à la rencontre entre le vice-Premier ministre italien et chef du Mouvement 5 étoiles Luigi Di Maio et quelques gilets jaunes en France, à l’origine d’une crise politique et diplomatique entre les deux pays.

Évoquant cette rencontre, Maxime Nicolle a laissé entendre qu’il ne la cautionnait pas : "On n’a pas de leader, on est apolitique".

L’objectif de ce rassemblement, organisé à proximité du palais où se déroule le festival de la chanson de Sanremo "c’est (de) discuter, pas (de) bloquer. Pour montrer qu’Italiens et Français s’entendent", a-t-il poursuivi. "Les problèmes politiques sont de nature politique alors que les relations entre Italiens et Français, ça va très très bien", a-t-il dit.

Publicité

"On veut déclarer caduque la Ve République et déclarer la république des peuples, pour que l’Europe ne soit pas celle des intérêts financiers, mais celle des peuples", a encore déclaré Maxime Nicolle.

"J’aurais jamais pensé ça, mais à 99,9 % on a les mêmes revendications. Sur l’immigration par exemple, ils disent la même chose, que ce n’est pas l’immigré le problème, mais les politiques menées dans ces pays et les ventes d’armes. Le problème ce n’est pas l’humain, mais la finance", a poursuivi le gilet jaune.

Samedi, Maxime Nicolle doit participer à une manifestation de gilets jaunes samedi à la frontière franco-italienne.

Publicité

Konbini news avec AFP

Par Clothilde Bru, publié le 08/02/2019

Copié

Pour vous :