AccueilDémocratie

Couvre-feu généralisé à 18h, écoles, frontières : le point sur les annonces de Jean Castex

Publié le

par Astrid Van Laer

Capture d’écran © Facebook Gouvernement

"[Si nous observions] une dégradation épidémique forte, nous serions conduits sans délai à décider d’un nouveau confinement."

Le chef du gouvernement Jean Castex a une nouvelle fois tenu une conférence de presse ce jeudi à 18 heures pour évoquer la stratégie du gouvernement concernant la situation sanitaire dans l’Hexagone. "Le virus continue de circuler activement partout en Europe", a-t-il dit en préambule, avant de rappeler les différentes mesures mises en place ces derniers mois en France.

Après cela, le Premier ministre a assuré : "Je pense sincèrement que notre stratégie […] a été la bonne." Une situation française, selon Jean Castex, qui est "plus qu’honorable en Europe, tant au niveau du taux d’incidence que du taux de positivité des tests". Toutefois, ce dernier a alerté sur une situation "préoccupante", évoquant un "plateau élevé avec une moyenne hebdomadaire qui fluctue autour de 16 000 contaminations par jour".

Quant à la pression dans les hôpitaux, elle reste, d’après lui, "à un niveau élevé". Jean Castex a alors qualifié la situation de "maîtrisée" mais de "fragile", évoquant alors l’apparition de nouveaux variants du virus sur le sol français. Le ministre de la Santé et des Solidarités Olivier Véran a ensuite pris la parole, évoquant les présences des variants anglais et sud-africain qui ont été observés sur le territoire français et détaillant comment ceux-ci sont "traqués".

Couvre-feu étendu à 18 heures sur l’ensemble du territoire

Jean Castex a en outre pointé du doigt un "potentiel de développement" de ces souches qui ne doit pas être "ignoré" afin d’éviter qu’elles ne deviennent la "souche dominante", annonçant alors la prise de "mesures complémentaires" par son gouvernement.

En premier lieu, seront "fortement durcies" les conditions d’entrée sur le territoire national. Dès lundi, tout voyageur d’un pays extérieur à l’Union européenne (UE) devra effectuer un test avant de partir et devra présenter un résultat négatif. Tous les voyageurs devront s’engager sur l’honneur à s’isoler sept jours puis à refaire un test PCR à l’issue de cette semaine d’isolement. Concernant les voyageurs en provenance d’un pays de l’UE, "les ministres travailleront à l’élaboration d’un cadre de coordination", a-t-il dit. Et de préciser :

"Ce cadre devra évidemment prévoir des exceptions concernant les frontaliers, les transporteurs routiers ou encore les agents des compagnies de transport, [avec des] protocoles sanitaires spécifiques."

Des mesures "de restrictions adaptées aux circonstances locales" vont être prises en urgence, comme cela a déjà été fait aux Comores. Sont concernées : la Guyane, les Antilles et la Réunion. L’objectif est de "réduire drastiquement les flux transfrontaliers pour se protéger du risque des souches variantes".

En ce qui concerne l’ensemble du territoire métropolitain, un couvre-feu va être mis en place à partir de 18 heures et ce à compter de samedi pour une durée minimum de quinze jours. Jean Castex a justifié son choix en arguant que "cette mesure a une efficacité sanitaire", s’appuyant sur les territoires dans lesquels ce couvre-feu à partir de 18 heures a déjà été mis en place. Selon lui, le nombre de nouveaux cas y est désormais "deux à trois fois plus faible" que dans les autres départements métropolitains.

L’éventualité d’un troisième confinement plane

"La circulation virale concerne désormais tout le territoire", a-t-il ajouté. "Cette mesure de couvre-feu obéit à une mesure de freinage préventive", a assuré le chef du gouvernement, affirmant qu’elle avait pour but de ne pas durcir encore plus les restrictions à l’œuvre dans l’Hexagone dans les semaines à venir.

À noter que les dérogations possibles et le système d’attestations resteront les mêmes. Des dérogations pour l’ouverture de certains commerces le dimanche sont également possibles. "Si nous constatons dans les prochains jours une dégradation épidémique forte, nous serions conduits sans délai à décider d’un nouveau confinement", a-t-il dit, avant d’annoncer que, pour l’heure, les établissements scolaires resteront ouverts. Et de poursuivre en annonçant que le gouvernement avait fixé un objectif de 300 000 tests par semaine au sein des établissements.

Le ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer s’est alors dit "fier" de la stratégie adoptée et a annoncé un maintien du fonctionnement "hybride" pour les lycées au-delà du 20 janvier, c’est-à-dire à la fois en présentiel et à distance, avec une recommandation pour les futurs bacheliers d’être "le plus possible" présents en classe.

Des mesures supplémentaires seront prises pour les "cantines scolaires", qu’il a qualifiées de "maillon faible" dans la chaîne de contamination, a-t-il annoncé. Jean-Michel Blanquer a aussi insisté sur le déploiement des tests antigéniques en milieu scolaire. La reprise des TD (travaux dirigés) en présentiel à l’université a aussi été annoncée mais seulement pour les élèves de première année, et en petits groupes.

Le lancement d’un numéro, le 0800 009 110, a aussi été annoncé par le gouvernement pour la prise de rendez-vous afin de se faire vacciner. À noter également qu’à compter de lundi, la vaccination sera ouverte à toutes les personnes dites "à risques", et donc susceptibles de développer une forme grave de Covid-19.

De son côté, le ministre Bruno Le Maire a promis : "nous n'augmenterons pas les impôts des Français", expliquant que la stratégie économique adoptée était d'inciter les Français à investir leur épargne dans l'économie nationale. Il a également annoncé que le remboursement des prêts garantis par l'État serait reporté d'un an.

Enfin, la ministre de la Culture Roselyne Bachelot a pour sa part annoncé la prolongation des "dispositifs spécifiques qui ont été mis en place pour la culture" et s'est refusée à donner une échéance concernant la réouverture des lieux de culture : "la situation sanitaire est trop instable pour envisager une date ferme de réouverture", a-t-elle dit.

À voir aussi sur news :