© Romain Lafabregue/AFP

Coronavirus : la vente d'alcool interdite dans l'Aisne

"Nous enlever l'alcool ? Coupez plutôt l’électricité ou le chauffage."

Ce mardi 24 mars, le préfet de l’Aisne Ziad Khoury a fait une annonce fracassante. Ce dernier doit signer dès aujourd’hui un arrêté visant à interdire la vente d’alcool sur tout le territoire axonais, "avec effet immédiat", précise Le Courrier picard. Plus de 500 000 habitants sont concernés par cette mesure à laquelle il faut ajouter un couvre-feu dès 20 heures.

Publicité

Selon le préfet, cette nouvelle disposition a pour but d’éviter les rassemblements, afin de lutter contre l’expansion de l’épidémie de Covid-19. 22 personnes sont mortes des suites du coronavirus dans ce département des Hauts-de-France. Cette interdiction est également censée prévenir les violences intrafamiliales, que l’alcool pourrait exacerber.

D’autant que les Français auraient tendance à boire plus pendant le confinement, notamment pour tromper l’ennui. Qui n’a pas entendu parler des Skype-apéros ?

"L’alcool est parfois consommé pour gérer l’anxiété", explique François Beck, chercheur au Centre d’épidémiologie et de santé des populations (CESP-Inserm), interrogé par 20 minutes. "Il y a l’anxiété liée au virus et l’anxiété, plus concrète, de se dire : 'Combien de temps on va devoir tenir comme ça ?'", ajoute le chercheur.

Publicité

Et ce n’est pas le seul département concerné

Et dans cette situation inédite qu’est l’enfermement, tout peut aller très vite, nous expliquait il y a quelques jours Caroline de Haas, membre du collectif féministe #NousToutes. Pour rappel, on estime à 200 000 le nombre de femmes enfermées avec un conjoint violent.

Les habitants de l’Aisne vont-ils se ruer dans les supermarchés cette après-midi pour faire des stocks, comme on a pu voir certains Français le faire avec le papier toilettes ou les pâtes ? Pas nécessairement. En réalité, ce département n’est pas le premier à avoir imposé une telle interdiction.

Publicité

Hier, le vice-président de la Polynésie française a aussi interdit la vente d’alcool à emporter et l’alimentation alcoolisée, et ce jusqu’au 5 avril 2020, afin de faire respecter les mesures de confinement général, rapporte France Info Polynésie.

Toutefois, selon les médias locaux, aucune ruée dans les supérettes n’est à rapporter. "Je ne bois pas d’alcool, je n’en fais pas de réserve. Je bois des jus de fruits chez moi où je suis confiné", confiait le client d’un supermarché de Tahiti à TNTV News.

Reste à savoir comment les Axonais vont prendre la chose. Twitter s’en amuse déjà.

Publicité

Restez chez vous et binge-watchez toutes les vidéos de Konbini news par ici !

Par Clothilde Bru, publié le 24/03/2020