AccueilDémocratie

Convention citoyenne : Emmanuel Macron accepte la majorité des propositions

Publié le

par Hugo Coignard

© CHRISTIAN HARTMANN / POOL / AFP

Le chef de l'État a cependant refusé la taxe de 4 % sur les dividendes et les 110 km/h sur les autoroutes.

Emmanuel Macron s’est dit "prêt" lundi à soumettre à référendums dès 2021 certaines propositions de la Convention citoyenne pour le climat, d’une part pour modifier la constitution, d’autre part pour des mesures spécifiques.

"La réécriture de l’article 1er de notre Constitution […] pour introduire les notions de biodiversité, d’environnement, de lutte contre le réchauffement climatique […], je suis favorable à cette proposition", a-t-il dit, en se disant aussi ouvert à un référendum "sur un ou plusieurs textes de loi" reprenant d’autres propositions de la Convention.

Dès lors, le chef de l’État est favorable à engager à l’Assemblée nationale et au Sénat un débat en vue d’une réforme constitutionnelle qu’il souhaite "voir aboutir d’ici 2021". "Je suis prêt à recourir au référendum si celui-ci était alors constitutionnellement possible après le vote des Chambres", a-t-il insisté.

146 propositions acceptées sur 149

En revanche, le chef de l’État n’a pas repris la proposition de la Convention de réécrire le préambule de la Constitution en plaçant l’environnement au-dessus de des autres valeurs fondamentales de la République.

"Telle que proposée, la rédaction menace de placer la protection de l’environnement au-dessus des libertés publiques, au-dessus même de nos règles démocratiques", a commenté M. Macron.

Cette proposition figure parmi les trois (sur 149) qui n’ont pas été retenues par Emmanuel Macron, avec la taxe de 4 % sur les dividendes et les 110 km/h sur les autoroutes.

"Reporter le débat" sur les 100 km/h

Emmanuel Macron a décidé lundi de "reporter le débat" sur les 110 km/h sur autoroute proposés par la Convention citoyenne pour le climat, pour éviter qu’elle ne "s’abîme dans une polémique" et connaisse le "même sort" que la mesure des 80 km/h.

"La transition écologique ne doit pas se faire au détriment des communes, des régions les plus enclavées", a plaidé le chef de l’État devant les 150 membres de la Convention.

"Croyez-moi, je formule cette proposition en spécialiste", a-t-il lancé en souriant, en allusion à sa décision de limiter la vitesse sur certaines routes à 80 km/h, portée par son Premier ministre Édouard Philippe et très contestée.

"J’ai présenté beaucoup de grands plans très ambitieux, avec beaucoup de choses formidables qui ont parfois été résumés à une mesure ou une petite phrase. Et ce serait profondément injuste que tout votre travail se résume à cette proposition", a expliqué Emmanuel Macron.

Konbini news avec AFP

À voir aussi sur news :