(c) DOMINIQUE FAGET / AFP

Attentats du 13-Novembre : il reste moins d’un an aux policiers pour boucler l’enquête

Les enquêteurs ont jusqu’à septembre 2019 au plus tard.

(© DOMINIQUE FAGET / AFP)

On ne sait pas encore si le procès des attentats du 13 novembre se tiendra fin 2020 ou plutôt courant 2021. En revanche ce qu’on sait, c’est que le temps presse. Les enquêteurs ont jusqu’à septembre 2019 au plus tard pour conclure leurs investigations sur la tuerie qui a fait 130 morts et près de 500 blessés il y a trois ans jour pour jour à Paris.

Publicité

À cette date, en 2019, cela fera quatre ans que le seul rescapé du commando du 13-Novembre, Salah Abdeslam a été placé en détention provisoire, comme l’explique Le Monde. La loi fixe à quatre ans la durée maximale durant laquelle un suspect peut être gardé emprisonné dans l’attente de son procès.

L’autre chose qui est sûre, c’est que ce procès sera hors normes : 1 700 parties, 300 avocats et 2 625 victimes à indemniser, précise Sud-Ouest. Selon l’une des avocates des parties civiles Géraldine Berger-Stenger interrogée par Le Figaro : "Ce sera un procès très long qui va durer six mois, voire plus."

Les frères Clain activement recherchés

Qui sera jugé au côté de Salah Abdeslam ?

Publicité

Sur les 11 hommes mis en examen, 6 sont en détention provisoire en France, dont Salah Abdeslam lui-même, incarcéré à Fleury-Mérogis. Deux autres hommes qui devaient participer à la tuerie mais qui ont été arrêtés en chemin en Grèce attendent également leur procès dans des geôles françaises. Ils avaient finalement été interceptés en Autriche en décembre 2015.

Une demi-douzaine hommes est aussi activement recherchée. En tête de liste les tristement célèbres frères Clain dont la voix a été identifiée sur la vidéo de revendication des attentats diffusés par l’État islamique. Originaires de Toulouse, Jean-Michel et Fabien Clain sont soupçonnés d’avoir participé à l’élaboration des tueries au Bataclan, au Stade de France et plusieurs terrasses des 10e et 11e arrondissements.

Sur le commando des 10 hommes dépêchés à Paris par Daesh il y a un an jour pour jour, seul Salah Abdeslam a survécu. Le djihadiste franco-marocain a déjà été condamné à 20 ans de prison dans la Belgique où il a grandi, pour une fusillade engagée avec des policiers belges lors de sa cavale en mars 2016.

Publicité

S’il ne sera pas seul sur le banc des accusés, son témoignage est particulièrement attendu par la presse et les familles des victimes – d’autant que sa parole est rare.

Selon RTL, Salah Abdeslam est toutefois de plus en plus loquace. Toujours filmé 24 heures sur 24, le détenu s’exprime désormais régulièrement à voix basse, seul dans sa cellule, après des mois de mutisme, principalement pour insulter ses gardiens, des "mécréants".

Par Clothilde Bru, publié le 13/11/2018

Copié

Pour vous :